Annoncé pour ce mois de janvier, le cahier des charges pour l'importation de véhicules n’a pas été publié

Voitures neuves

Le dossier de l'importation de véhicules neufs continue de défrayer la chronique. Ce feuilleton ne trouve pas encore son épilogue. Le fameux cahier de charge nécessaire pour la première étape n'est pas encore prêt. Pourtant le ministre de l'industrie a affirmé que ce dernier sera rendu public avant la fin du mois de janvier en cours. Ce dimanche 30 janvier il n'est toujours pas publié. 

Ainsi, les Algériens en général et les concessionnaires en particulier doivent encore attendre pour en savoir plus sur l’opération d'importation des véhicules neufs. Ce dossier devient un véritable casse tête. De report en report, le nouveau cahier de charge se fait désirer. Depuis 2020, avec l'annonce du retour à l'importation des véhicules neufs, les gouvernements successifs n'ont pas réussi à mettre au point ce cahier de charge.

Le premier régissant cette activité avait été publié en août 2020, puis modifié et publié en mai 2021. Cependant, pendant plusieurs mois aucun concessionnaire automobile n’a obtenu d’agrément pour importer des véhicules et alimenter le marché national, qui connait une pression provoquant une flambée des prix sur le marché des véhicules d’occasion.

Cette situation a fait réagir Abdelmadjid Tebboune. Il avait ordonné le 5 de décembre la révision immédiate du cahier des conditions d’importation des véhicules. Le 7 décembre le directeur des ressources humaines et des affaires juridiques du ministère de l’Industrie, Bachir Kechroud, avait indiqué le nouveau cahier des charges sera prêt avant la fin du mois de mars 2022. le ministre de l'industrie avait alors réagit en affirmant que le cahier des charges sera prêt avant fin janvier 2022, et que les « agréments seront remis rapidement aux concessionnaires concernés ».

Même la production de véhicules en Algérie doit encore attendre

Face à ces tergiversations les Algériens ne verront donc pas cette opération de l'importation de véhicules lancée de si tôt. Ils doivent encore attendre et subir la flambée des prix des véhicules en Algérie. Quant à la production locale, elle est aussi remise aux calendes grecques. Le ministre de l'industrie avait annoncé que les concessionnaires, ainsi que ceux qui sont intéressés par la production d'automobiles, doivent encore attendre.

Il avait indiqué que la commission technique mise en place se penche sur « une véritable stratégie pour une production réelle de véhicules ». Il avait ajouté : « nous allons lancer un appel en ce qui concerne la production de véhicules ainsi que le cahier de charge qui concerne tous les domaines, surtout que le ministère des Transports a besoin d'un parc automobile que nous devons réaliser dans les plus brefs délais ». Depuis ces déclarations datant du début du mois de décembre aucune mesure concrète n'a été annoncée.

Retour en haut
Share via
Copy link