Sous l'administration espagnole du côté des territoires marocains, les enclaves de Ceuta et Melilla sont toujours au centre de débats. Ces deux villes autonomes, réclamées par le Maroc, sont au centre d'un conflit qui remonte à plusieurs siècles. Le Maroc continue de revendiquer ces deux villes, qui se situent dans son territoire, alors que de son côté l'Espagne veut les intégrer définitivement dans l'Union européenne (UE), pour se protéger des revendications marocaines. 

Ainsi, ces villes devenues un passage pour des milliers de migrants vers l’Europe sont au centre d'enjeux géopolitiques entre le Maroc et l'Espagne. Du côté marocain, même si le gouvernement ne revendique plus officiellement ces villes, des partis politiques ainsi que des personnalités continuent de réitérer la souveraineté marocaine sur ces deux enclaves. C'est le cas du parti Istiqlal qui ne cesse d'appeler à « récupérer » Ceuta et Melilla, « villes occupées par l’Espagne », selon ce parti.

Du côté espagnol, un rapport intitulé « Ceuta et Melilla : plus d’Espagne, plus d’Europe » sera présenté le 1er juin au parlement européen. Il s’agit d’un document qui aborde l’éventualité d’une intégration des deux villes autonomes dans l’Union européenne. Ce rapport traite de l’entrée de Ceuta et Melilla dans l’Union européenne, dans l’espace Schengen et de leur reconnaissance comme territoire de l’UE.

À lire aussi :  Le Maroc profite de la faiblesse du gouvernement espagnol

Ceuta et Melilla doivent être considérées comme des frontières européennes en Afrique

C'est le député européen Jordi Cañas qui présentera ce rapport au parlement européen, annonce le journal Ceuta Al dia. Ce député a affirmé aux médias que le Maroc a construit une stratégie pour annexer les deux villes autonomes. Il indique que ces deux villes doivent être considérées comme des frontières européennes en Afrique. Le député rappelle que cela offre des opportunités commerciales et politiques pour l’Europe sur le continent africain à travers ces deux villes.

Dans ce contexte de débat sur ces deux enclaves en Espagne, la Commission européenne a rappelé que « le système Schengen s'applique déjà intégralement à l'ensemble du territoire espagnol, y compris les villes de Ceuta et Melilla. Les frontières de Ceuta et Melilla avec le Maroc sont aussi les frontières extérieures de l'espace Schengen ». C'est ce qu'a affirmé la Commissaire européenne de l’Intérieur, Ylva Johansson, réagissait ainsi à une question écrite de l’eurodéputé espagnol José Ramón Bauzá de Ciudadanos.

La commissaire européenne a également indiqué que « le gouvernement espagnol n’est pas tenu de formuler une telle demande. Cependant, conformément au code des frontières Schengen, des règles particulières s'appliquent aux villes de Ceuta et Melilla, selon lesquelles des contrôles d'identité et de documents doivent être effectués au départ de Ceuta et Melilla vers l'Espagne péninsulaire ou d'autres pays de l’espace Schengen ».