Des informations ont circulé ces dernières heures sur les réseaux sociaux faisant état de la décision prise par Riyad Mahrez concernant son avenir avec l'équipe d'Algérie. Selon les informations en question, l'attaquant  de Manchester City, absent du stage qu'effectue actuellement la sélection algérienne à Alger, aurait tout simplement décidé de renoncer à sa carrière internationale.

Tout a commencé d'une information balancée dans la soirée du mercredi 1 er juin par un journaliste du quotidien arabophone El Khabar, Chouaib Kahoul – très suivi sur les réseaux sociaux. Plusieurs pages, citant le journaliste d'El Khabar, ont annoncé que l'attaquant international et capitaine des Verts Riyad Mahrez aurait décidé de mettre fin à sa carrière avec la sélection d'Algérie.

Une information qui a vite fait le tour des réseaux sociaux, suscitant une multitude de réactions chez les supporters algériens. Le journaliste qui a rapporté l'information a expliqué que Riyad Mahrez aurait décidé de ne plus jouer en équipe nationale en raison des critiques qu'il a essuyées à la suite de sa demande de se faire dispenser des deux prochains matchs des Verts contre l'Ouganda et la Tanzanie dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2023.

L'absence de Riyad Mahrez au stage des Verts suscite la polémique

Pourtant, Riyad Mahrez avait avisé la FAF avant même l'annonce de la liste des joueurs retenus par Djamel Belmadi pour les deux prochains matchs prévues contre l'Ouganda (4 juin à Alger) et la  Tanzanie (8 juin à Dar Essalam). Le capitaine des Verts a demandé une dispense pour ces deux matchs en invoquant une blessure comme l'a d'ailleurs précisé la FAF dans un communiqué.

Même le sélectionneur national Djame Belmadi a pris la défense de son joueur lors d'une conférence de presse tenue lundi dernier à Alger. Belmadi a justifié l'absence de Riyad Mahrez pour les deux prochains matches en évoquant la blessure de son joueur. « Nous avons reçu un rapport médical. La santé des joueurs passe avant tout », a indiqué le sélectionneur de l'Algérie, allant jusqu'à qualifier la polémique suscitée par cette absence d'un « non événement ».

Malgré les explications de la FAF et du sélectionneur national, l'absence de Riyad Mahrez au stage des Verts a fait naître une polémique dans les médias algériens et sur les réseaux sociaux. Une polémique qui a enflé lorsque l'attaquant de Manchester City a publié des photos de ses récentes vacances à Marrakech, au Maroc. Des vacances que certains internautes ont assimilées à un mépris de la part du joueur pour les couleurs nationale, au moment où les autres joueurs appelés par Belmadi ont répondu présents en sacrifiant leurs vacances, selon ces supporters.

Riyad Mahrez  a-t-il cédé aux critiques qui l'ont ciblé en Algérie ?

D'autres internautes sont allés jusqu'à critiquer le choix de Riyad Mahrez d'opter pour des vacances au Maroc en invoquant des raisons politiques. Selon eux, Riyad Mahrez en sa qualité de star mondiale et de « porte-drapeau algérien », aurait dû choisir une autre destination que le Maroc pour éviter toute polémique en raison de la crise diplomatique entre l'Algérie et le Maroc.

Un argument que de nombreux autres internautes algériens ont vite balayé en affirmant que Riyad Mahrez a le droit de choisir le lieu de ses vacances, et qu'en optant pour le Maroc, le joueur a réussi à donner une belle image de la fraternité entre les deux peuples voisins. D'ailleurs, certains supporters n'ont pas hésité à rappeler les attaches familiales de Riyad Mahrez avec le Maroc en évoquant les origines marocaines de la grand-mère maternelle de l'attaquant des Verts.

Une simple rumeur ?

Mais pour de nombreux supporters algériens, l'information concernant la décision de Riyad Mahrez de renoncer à sa carrière internationale avec la sélection algérienne n'est qu'une rumeur. Pour eux, un joueur de la trempe de Riyad Mahrez, qui évolue dans l'un des clubs les plus prestigieux au monde, ne pourra jamais céder aux critiques ; mêmes les plus virulentes. Pour eux, Riyad Mahrez, qui s'est également fait un nom grâce à l'équipe d'Algérie, ne prendra pas une telle décision concernant son avenir sur un simple coup de tête ou en réaction à une hystérie collective.