Pour déposer un dossier de demande de visa pour la France, des postulants se rabattent sur de tierces personnes qui proposent leurs services pour des prises de rendez-vous. Le phénomène, qui devient monnaie courante en Algérie, au Maroc et en Tunisie a été soulevé au niveau du Sénat français. 

Le centre de traitement des dossiers de demande de visa pour la France TLScontact a mis en garde il y a quelques jours, ses clients contre cette arnaque. « Des personnes malhonnêtes prétendant avoir des relations privilégiées avec le Consulat ou avec TLScontact, affirment pouvoir vous obtenir un rendez-vous ou un visa en échange d’une contribution financière », a écrit le prestataire de service dans un communiqué publié le 17 mars dernier. TLScontact a affirmé qu'il décline lui et les services consulaires « toute responsabilité sur les conséquences encourues par les demandeurs usant de ces pratiques frauduleuses ».

Il s'avère que ce phénomène est loin d'être propre à l'Algérie. Au Maroc et en Tunisie, il prend également de l'ampleur. Des créneaux mis en ligne sont, en effet, vendus par des intermédiaires en contrepartie de sommes d'argent dans ces deux pays aussi.

Ce fléau, qui ne cesse de gager du terrain à la faveur notamment de la décision des autorités françaises de réduire le nombre de visa accordé aux citoyens des pays du Maghreb, a été soulevé dernièrement au niveau du Sénat français.

À lire aussi :  Vols annulés : Vers une baisse du montant des indemnisations ?

Rendez-vous pour le dépôt de demande de visa pour la France : un sénateur évoque un marché parallèle

C'est en fait le sénateur représentant les Français établis hors de France, Olivier Cadic, qui a saisi la ministre de l'Europe et des Affaires étrangères sur le sujet, et ce à travers une question écrite qu'il lui a adressée. Dans son courrier, le sénateur s'est demandé si le département ministériel a pris une quelconque mesure pour mettre un terme à ces pratiques qui « impactent négativement l'image de la France à l'étranger ».

Le même sénateur, qui dit avoir été saisi par « de différents témoignages apportés par des conseillers des Français de l'étranger, qui se font le relai de nos compatriotes dont les conjoints sont de nationalité étrangère », évoque d'ailleurs un « marché parallèle » qui s'est formé autour des prises de rendez-vous pour le dépôt d'un dossier de demande de visa pour la France, que ce soit en Algérie, au Maroc ou en Tunisie.