Le massacre des Algériens qui a eu lieu le 14 juillet 1953 à Paris sera commémoré cette année dans la capitale française. Ce drame méconnu des Algériens et des Français a été effacé de la mémoire, mais des militants et des intellectuels ont décidé de le ressusciter, notamment par la réalisation d'un film documentaire par Daniel Kupferstein, qui sera d'ailleurs projeté le 10 juillet dans le cadre de la manifestation « Un écran des droits ».

La projection du film, intitulé « Les balles du 14 juillet 1953 », aura lieu le 10 juillet à 11 heures au Cinéma Majestic Bastille, selon une publication du réalisateur Daniel Kupferstein. Elle sera suivie d'un débat avec les historiens Gilles Manceron et Alain Ruscio. Dans la même publication, le réalisateur propose un résumé du film qui retrace un peu ce qui s'est passé le 14 juillet 1953, quand des Algériens ont été réprimés dans le sang par la police française.

« Le 14 juillet 1953, un drame terrible s’est déroulé en plein Paris. Au moment de la dislocation d’une manifestation en l’honneur de la Révolution française, la police parisienne a chargé un cortège de manifestants algériens. Sept personnes (6 Algériens et un Français) ont été tuées et une centaine de manifestants ont été blessés dont plus de 40 par balles. Un vrai carnage », affirme Daniel Kupferstein dans son résumé du film.

Cette histoire est quasiment inconnue du grand public. Personne ne sait que ce drame a eu lieu moins d'une année avant le déclenchement de la guerre de libération nationale. Ni en Algérie ni en France. Comme si une page d'histoire avait été déchirée. Si l'on peut expliquer cela en France, où les autorités ont honte du comportement de sa police, il n'y a aucune explication à l'amnésie en Algérie.

Film « Les balles du 14 juillet 1953 » : Une longue enquête contre l'amnésie

« Ce film est l’histoire d’une longue enquête contre l’amnésie. Enquête au jour le jour, pour retrouver des témoins, pour faire parler les historiens, pour reprendre les informations dans les journaux de l’époque, dans les archives et autres centres de documentation afin de reconstituer au mieux le déroulement de ce drame, mais aussi pour comprendre comment ce mensonge d’État a si bien fonctionné », précise dans le même texte le réalisateur du film.

Enfin, il est programmé deux manifestations pour commémorer le massacre du 14 juillet 1953. Ce sera le 13 juillet à 18h30 à Place de la Nation, à Paris, où des prises de parole et des dépôts de gerbes de fleurs auront lieu devant la plaque à la mémoire des victimes de ce massacre. Précisément à Place de l'île de la Réunion, près de la colonne de droite en regardant le cours de Vincennes, selon les précisions de Daniel Kupferstein. Deux heures plus tard, un Bal populaire aura lieu, Place de la Nation (près du kiosque), avec l'orchestre Fanfarinha qui animera toute la soirée.