L’Allemagne se dirige vers une régularisation massive des sans-papiers vivant dans le pays. C’est ce qui ressort du projet de loi adopté ce mercredi 6 juillet par le gouvernement allemand. Une loi ouvrant la possibilité de régulariser des dizaines de milliers de migrants « intégrés », mais sans permis de séjour durable dans ce pays.

C’est une vraie révolution en matière d’immigration en Allemagne. Les milliers de sans-papiers se trouvant dans le pays devront être bientôt régularisés. En effet, le gouvernement allemand a adopté ce mercredi 6 juillet 2022 un projet de loi qui vise à régulariser une bonne partie des migrants sans-papiers en Allemagne. Ce projet de loi vise, selon ses initiateurs, à faciliter l'intégration des sans-papiers dits « tolérés », qui ne peuvent pas être expulsés, mais n'ont pas le droit de travailler.

Ce projet de loi approuvé en Conseil des ministres concerne environ 130 000 étrangers vivant en Allemagne depuis au moins cinq ans, sans disposer d'un titre de séjour permanent. « Ces personnes, qui ont trouvé leur cadre de vie en Allemagne grâce à une longue durée de séjour, doivent se voir ouvrir une perspective en matière de droit de séjour et se voir offrir une chance de réunir les conditions nécessaires à un séjour légal », indique le texte du ministère de l'Intérieur.

Allemagne : Ce que prévoit la nouvelle loi sur la régularisation des sans-papiers

Selon ce projet de loi, les personnes qui se trouvent en situation irrégulière en Allemagne et qui sont bien « intégrées » dans la société « pourront obtenir un permis de séjour d'un an, le temps pour elles de prouver qu'elles peuvent se prendre en charge financièrement. À l'issue de cette période d'essai, elles pourront recevoir un titre de séjour définitif », selon ce nouveau projet de loi.

Mieux encore, le projet du gouvernement allemand sur la régulation des sans-papiers, indique aussi que « le regroupement familial pour ces personnes doit être facilité ». Un article de ce projet de loi prévoit « un accès simplifié des demandeurs d'asile aux cours d'intégration et de langue professionnelle ». L’obligation de quitter l’Allemagne reste toutefois maintenue. En effet, une partie de ce projet de loi traite des expulsions, qui doivent être facilitées.