La jeune Ouardia, étudiante algérienne à l'université de Rouen, avait reçu une obligation de quitter le territoire français (OQTF) pour le 20 juillet prochain. Le cas de cette jeune Algérienne, qui se trouvait en situation irrégulière, avait suscité une large mobilisation en France pour inciter la préfecture à revoir sa décision.     

Ouardia B., étudiante algérienne âgée de 19 ans, qui prépare une licence en France, devait être expulsée vers l'Algérie le 20 juillet suite à l'OQTF émise contre elle par les autorités françaises[1]France : Mobilisation pour une étudiante algérienne menacée d'expulsion, car elle se trouvait en situation irrégulière. Inscrite en première année de licence de Chimie, Ouardia est arrivée en France il y a 4 années et vivait chez sa sœur aînée. Elle a réussi avec brio son passage en deuxième année universitaire.

Sa réussite dans ses études depuis le lycée, conjuguée à son intégration, n'a été d'aucun apport aux yeux de la préfecture de Grand-Couronne. Ne disposant pas de titres de séjour, Ouardia a été assignée à résidence depuis avril 2021, avant de recevoir cette OQTF pour la forcer à quitter le territoire français avant le 20 juillet.

Menacée d'expulsion vers l'Algérie, Ouradia obtient enfin son titre de séjour en France

Le cas de cette étudiante algérienne, arrivée en France en 2019 alors qu'elle était encore mineure, a suscité une large mobilisation en France. De nombreux élus, des enseignants, le président de l'Université de Rouen et de nombreuses associations se sont mobilisés afin d'éviter son expulsion vers l'Algérie. Une pétition de soutien à Ouardia a récolté des milliers de signatures en l'espace de quelques jours.

Grâce à cet élan de soutien, Ouardia a pu recevoir un titre de séjour, délivré le 7 juillet.  C'est ce que rapporte le site Actu.fr[2]Grand-Couronne. L'étudiante Ouardia, menacée d'expulsion, a obtenu un titre de séjour, Actu.fr. Un soulagement pour la jeune étudiante, qui redoutait vraiment son expulsion vers l'Algérie.

« C'est difficile, je croyais en mes rêves en France et d'avoir une chance de rester ici. Je veux réaliser mes rêves ici. Ce que je veux, c'est vivre comme tous les étudiants, faire mes études et travailler », affirmait Ouardia, qui peut enfin se consacrer à ses études en France sans avoir peur de se faire expulser.