Le gouvernement espagnol a adopté, mardi 26 juillet 2022, une réforme de la loi sur l'immigration qui ouvre la voie aux ressortissants étrangers pour venir travailler légalement en Espagne. Cette réforme va aussi faciliter la régularisation des sans-papiers pour les faire recruter par les nombreux secteurs d’activités qui font face à une pénurie de main-d’œuvre.

L’Espagne, qui possède pourtant l’un des taux de chômage les plus élevés de l’UE, est confrontée depuis plusieurs années à un manque de main-d’œuvre dans certains secteurs d’activité, comme l’hôtellerie, l’agriculture, le bâtiment ou les transports. Ce phénomène, qui s’est accentué avec la crise sanitaire, a fait que plusieurs entreprises espagnoles peinent à recruter des travailleurs, ce qui freine leurs perspectives de croissance.

Pour faire face à cette grave pénurie de main-d’œuvre dans de nombreux secteurs, le gouvernement espagnol a décidé d’adopter, mardi 26 juillet 2022, une réforme de la loi sur l’immigration. Cette réforme, adoptée en Conseil des ministres, prévoit « plusieurs mesures d’envergure », destinées à « encourager une immigration régulière[1]L'Espagne annonce une augmentation du nombre de visas pour les travailleurs étrangers, ordonnée et sûre », a assuré le ministre espagnol de la Sécurité sociale et de la Migration, José Luis Escriva lors d’une conférence de presse ce mardi.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

Une nouvelle adoptée par le gouvernement espagnol pour faciliter la régularisation des sans-papiers

Ce nouveau texte facilite notamment « la régularisation des immigrés sans-papiers présents sur le territoire espagnol depuis plus de deux ans », précise le ministre. Grâce à cette réforme, les sans-papiers pourront occuper légalement un emploi ou bénéficier d’une formation dans les secteurs où existent de nombreux emplois non pourvus », ajoute le ministre. Cette réforme sera certainement bénéfique pour les milliers de sans-papiers algériens appelés « Haraga » qui sont arrivés en Espagne en traversant la Méditerranée.

Cette réforme sur l’immigration, va aussi « simplifier l’accès au marché du travail pour les étudiants étrangers », qui seront « autorisés à travailler jusqu’à 30 heures par semaine durant leurs études, puis à intégrer le marché du travail après leur formation sans avoir obligatoirement vécu au préalable trois ans » en Espagne. Elle favorise enfin « le regroupement familial et l’octroi de visas de travail dans les secteurs d’activité sous tension, avec une simplification et une uniformisation des démarches administratives ».

Le ministre espagnol de la Sécurité sociale et de la Migration, José Luis Escrivá, avait déclaré en juin dernier que cette réforme sur l’immigration vise essentiellement à « remédier aux pénuries de main-d'œuvre » dans de nombreux secteurs tels que le tourisme, l'agriculture et la construction. « Nos réglementations actuelles ne sont pas suffisamment flexibles pour répondre aux goulots d'étranglement qui se produisent sur le marché du travail et génèrent des procédures hautement bureaucratiques et complexes », avait-il affirmé aux médias.

À lire aussi :  Voici le Top 10 des youtubeurs algériens les plus suivis

References