L'Espagne, à l'instar de nombreux pays européens, fait face à une pénurie de main-d'œuvre dans plusieurs secteurs d'activité. Afin d'y remédier, le gouvernement espagnol annonce une augmentation du nombre de visas accordés aux travailleurs étrangers, notamment en provenance des pays d'Afrique du Nord.

L'Espagne fait face à une pénurie de main-d'œuvre, engendrée par la pandémie de covid-19. Devant cette situation, le gouvernement ibérique compte assouplir sa politique migratoire en faisant appel à des travailleurs étrangers. Pour cela, les autorités espagnoles ont lancé une réforme réglementaire qui ouvre la voie aux ressortissants étrangers pour venir travailler légalement en Espagne.

L'Espagne prépare une nouvelle loi sur l'immigration pour attirer des travailleurs étrangers

Cette réforme vise à remédier aux pénuries de main-d'œuvre dans de nombreux secteurs ; tels que le tourisme, l'agriculture et la construction. Le gouvernement prépare une loi facilitant l'obtention du visa et l'augmentation de leur nombre au profit des travailleurs étrangers. « Nos réglementations actuelles ne sont pas suffisamment flexibles pour répondre aux goulots d'étranglement qui se produisent sur le marché du travail et génèrent des procédures hautement bureaucratiques et complexes », déclare le ministre espagnol de l'Inclusion, de la Sécurité sociale et de la Migration, José Luis Escrivá, cité par les médias espagnols.

La loi en question vise principalement à « développer l'embauche à l'origine dans le but de bénéficier à d'autres travailleurs au-delà des travailleurs temporaires ». Cette loi, sous forme d'un arrêté royal, permet également aux étudiants étrangers de « travailler » et vise à « crée une nouvelle façon pour les personnes en situation irrégulière d'obtenir des papiers si elles sont formées dans des secteurs d'emploi pour lesquels du personnel est nécessaire », selon les explications du quotidien espagnol El País. Il est donc possible qu'un grand nombre des « visas » accordés dans le cadre de cette loi concernent des migrants se trouvant déjà en Espagne.

En effet, selon le site RFI, citant son correspondant à Madrid, le gouvernement espagnol « veut régulariser les immigrés qui se trouvent sur le territoire » et qui « pourraient occuper près de 109'000 postes de travail à pourvoir » en Espagne. Ensuite, il « veut faire davantage appel aux ressortissants d'autres pays », ajoute la même source en citant le Maroc dont des ressortissants travaillent déjà dans les champs de fraise en Andalousie. Le troisième axe du projet du gouvernement espagnol serait de « permettre aux étudiants étrangers disposant d'un permis de séjour d'obtenir un permis de travail », selon la même source.

Le gouvernement espagnol, qui a déjà des programmes de migration avec de nombreux pays comme le Maroc, est « ouvert à l'extension des visas temporaires de travail à d'autres pays », explique l'agence Reuters. Une nouvelle qui va certainement réjouir les Algériens, qui pourront ainsi bénéficier du nouveau programme d'immigration lancé par le gouvernement espagnol en vue de dénicher un visa de travail en terre ibérique.