Les éléments de la police espagnole de la localité d'Ibiza ont arrêté un jeune Algérien pour des accusations de trafic d'êtres humains. Propriétaire d'une embarcation, le jeune de 18 ans est accusé d'avoir transporté 12 harraga – des migrants clandestins – des côtés algériennes vers l'Espagne. Selon l'agence de presse espagnole Europa Press, trois des harraga seraient des mineurs dont l'expulsion serait difficile pour les autorités ibériques.

Selon les accusations de la police espagnole, l'embarcation des harraga algériens a accosté le lundi 1er août du côté de Formentera, sur les îles Baléares, où se trouve également la ville touristique d'Ibiza. 12 personnes d'origine algérienne se trouvaient à bord de l'embarcation, notamment 3 mineurs, toujours selon la même source.

Tous les occupants de l'embarcation ont été conduits au poste de police d'Ibiza pour les besoins de la procédure d'expulsion, mais les autorités espagnoles ont un petit souci avec trois d'entre eux. Ils se disent mineurs et les autorités ont dû effectuer des examens radiologiques pour déterminer leur âge. Ces examens ont révélé que l'un des trois mineurs avaient plus de 18 ans et qu'il était carrément le propriétaire de l'embarcation. Il sera aussitôt présenté à la justice espagnole, révèle la même source.

1000 à 1500 euros pour traverser la Méditerranée « harraga »

L'enquête auprès des occupants de l'embarcation a aussi révélé qu'ils avaient payé la somme de 1000 à 1500 euros chacun pour faire la traversée. Aussi, l'embarcation mesure entre 5 et 6 mètres, comme pratiquement toutes embarcations qui font la traversée de la rive sud de la Méditerranée vers la rive nord. Un petit bateau en fibre de verre doté d'un moteur hors-bord et sans éléments de navigation.

À lire aussi :  Affaire Future Gate : Voici le sort de Numidia Lezoul et des autres influenceurs

Il faut dire que les harraga sont très nombreux à faire la traversée ces derniers jours[1]Harraga : Près de 260 Algériens arrivés ce mardi en Espagne. Des centaines d'entre eux, en majorité des Algériens, ont été sauvés par les services de sauvetage dans différentes régions d'Espagne, particulièrement les îles Baléares, Almeria, Garrucha, Carthagène, Murcie et même Alicante. L'activiste du CIPIMD Francisco Jose Clemente Martin rend compte quotidiennement des arrivées et même des naufrages des migrants algériens[2]12 harraga disparus et 2 sauvés suite au naufrage de leur embarcation au large de Mostaganem.