L'information a vite fait le tour des réseaux sociaux et récolté autant de critiques et que d'approbations. Que la compagnie nationale Air Algérie change de nom pour devenir Algeria Airlines n'a pas laissé indifférents les Algériens, qui se sont empressés de commenter, positivement ou négativement, cette information, qui s'est révélée n'être qu'une rumeur. Les auteurs de cette rumeur ont même donné une couleur patriotique à ce changement en l'annonçant pour le 1er novembre.

En fait, ceux qui ont inventé cette information voulaient aller dans le sens de l'opération de remplacement du français par l'anglais, décidée par les autorités en représailles contre la langue française ; « langue du colonisateur ». Mais la seule question qui se pose aujourd'hui est celle-ci : Air Algérie a-t-elle besoin de changer de nom pour devenir Algeria Airlines ou même – et de manière plus correcte – Algerian Airlines ? La réponse à cette question n'est pas facile, ni évidente, mais certains éléments d'information sont susceptibles d'aider à la compréhension.

Avion Algeria Airlines dans un hangar

Boeing 747 estampillé Algeria Airlines, avec le (nouveau ?) logo de la compagnie aérienne algérienne. Images de simulation.

Algeria Airlines : Nécessité économique ou raisons idéologiques ?

En fait, si les dirigeants algériens ou ceux de la compagnie aérienne algérienne veulent changer de nom à Air Algérie, cela devrait venir par nécessité économique ou une autre raison vitale. Le changement du nom d'une compagnie aérienne est très lourd et risque de lui porter gravement préjudice. C'est une opération qui doit durer très longtemps et qui va coûter beaucoup d'argent. Rien que pour cela, le changement du nom d'Air Algérie ne doit pas se faire pour des raisons idéologiques exclusives.

À lire aussi :  Demande de visa Schengen : Les prestataires VFS Global et TLS Contact pointés du doigt

L'exemple le plus récent est celui de la compagnie italienne Alitalia qui a déclaré faillite en 2021. Le gouvernement italien a tenté de la sauver en créant ITA, avec 3 milliards d'euros, et ce, malgré certaines difficultés avec la Commission européenne qui combat le dumping. Aujourd'hui qu'ITA est opérationnelle, elle trouve toutes les difficultés à connaître une vraie relance. Et rien ne dit que le changement de nom ne fait pas partie des raisons de ce « plombage ». Et Turkish Airlines risque de souffrir de l'opération de changement de nom après la décision politique du président turc Erdogan qui veut que le monde appelle son pays « Türkiye » et sa compagnie aérienne « Türk Hava Yollari ». Une opération lourde et coûteuse qui répond plutôt à des considérations politico-idéologiques.

Air Algérie ou Algeria Airlines pour sortir de la zone rouge ?

En ce qui concerne la compagnie aérienne algérienne, que pourrait lui apporter un changement de nom ? Qu'elle s'appelle Air Algérie ou Algeria Airlines, aura-t-elle la chance de sortir de la zone rouge dans laquelle elle se trouve après une pandémie dévastatrice ? De quoi souffre réellement la compagnie aérienne nationale pour se convaincre qu'un simple changement de nom puisse constituer une solution à la situation difficile du transporteur national ?

Beaucoup a été dit sur la compagnie aérienne algérienne. Parfois dans des déclarations publiques assumées et parfois de façon anonyme pour éviter des représailles dont on ne peut même pas prévoir la nature. Air Algérie souffre avant tout d'un problème politique. Un problème qui fait que l'État injecte régulièrement des milliards et des milliards dans les caisses de la compagnie sans que l'on demande des comptes aux gestionnaires.

À lire aussi :  Québec : le retrait du droit à l'avocat aux candidats à l'immigration inquiète les juristes

Revoir complètement le mode de gestion d'Air Algérie

Si les dirigeants de l'Algérie et d'Air Algérie veulent sauver la compagnie aérienne nationale de la faillite, ils devraient revoir complètement son mode de gestion. À commencer par les recrutements, qui ont souvent été faits loin des conditions de compétence et d'expérience, mais en réponse à des coups de téléphone, pas toujours bénéfiques pour la compagnie. C'est peut-être de là que naissent les employés qui manquent de respect aux clients en toute insouciance, alors que la compagnie Air Algérie doit faire face à une concurrence féroce, notamment en international.

Air Algérie devrait surtout exiger de ses employés de se comporter avec respect quand il s'agit de répondre aux doléances des clients, notamment ceux mécontents des prestations fournies. Leur apprendre que si un client rouspète, c'est peut-être parce qu'un employé a mal fait son travail. Donc, il serait urgent de former de nouveau son personnel pour mener à bien les missions qui lui sont assignées et pour bien se comporter avec les clients pour faire disparaître, une bonne fois pour toutes, les fameuses expressions qui ont défrayé la chronique comme « c'est moi qui décide ici » ou « bla rebbi ! ».

Y a-t-il des emplois fictifs chez Air Algérie ?

Tous ces reproches ont été faits publiquement à la compagnie aérienne nationale Air Algérie et à ses employés, que ce soit dans les aéroports ou dans les agences. Mais il y a un reproche que certains ne font que dans l'anonymat ou dans certains sites dédiés à la dénonciation. Pendant des années, l'on reproche à Air Algérie de disposer de postes d'emplois fictifs réservés aux proches de la nomenklatura. Selon ces accusations, qu'aucun tribunal n'a tenté de vérifier, des épouses, des enfants et même des maîtresses de responsables perçoivent des salaires, en devises pour certains, sans qu'ils ne fassent partie réellement des employés d'Air Algérie. Si cela se révèle vrai, les dirigeants de la compagnie doivent agir avec fermeté et mettre fin à ces agissements pour défendre les intérêts financiers de l'entreprise nationale.

À lire aussi :  Reprise des vols à l'aéroport de Montpellier

Il est clair que si la direction de la compagnie Air Algérie – ou peut-être plus tard d'Algeria Airlines –, soutenue par les dirigeants du pays, mène à bien ces missions, la situation de la compagnie aérienne algérienne connaîtra une amélioration indéniable. C'est à ces conditions qu'un changement de nom peut ne pas être mal vu, surtout que les objectifs de cette démarche ne pourront être qu'esthétiques et idéologiques. C'est vrai qu'Algerian Airlines peut être plus beau qu'Air Algérie, même si sur le plan idéologique, ce changement de nom serait peut-être perçu comme une sorte de transfert d'allégeance. Et William Shakespeare serait ravi de supplanter Molière au pays d'Albert Camus et de Frantz Fanon.