L'Algérie va-t-elle augmenter ses exportations de gaz vers la France ?

Immeuble de la Sonatrach

La France, à l'instar de nombreux pays d'Europe, se tourne vers l'Algérie pour anticiper la fin des importations du gaz russe. Selon Europe 1, la récente visite d’Emmanuel Macron en Algérie a été une occasion pour la délégation française de négocier une augmentation du volume d’importation du gaz depuis l'Algérie.

Depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine, de nombreux pays d'Europe sont confrontés à des difficultés d’approvisionnement en gaz naturel, en raison de la décision de la Russie de réduire sensiblement les volumes exportés vers ces pays. Devant cette situation et surtout à l’approche de l’hiver, ces pays européens tentent de trouver d’autres sources d'approvisionnement en gaz naturel. Et l'Algérie figure en tête de ces pays convoités pour compenser le gaz russe.

En effet, l’Algérie figure parmi les plus grands exportateurs de gaz au monde. Le pays produit environ 1 000 milliards de m3 de gaz par an, et en exporte près de la moitié. Les premiers clients de l’Algérie sont l'Italie et l'Espagne, via des gazoducs traversant la Méditerranée. L'Algérie exporte également sous forme de gaz liquide (GNL)  par bateau, principalement vers la Turquie et la France. En 2019, la France a acheté 3,6 milliards de m3, soit moins de 5 % de la production algérienne en gaz.

La France veut augmenter le volume de ses importations de gaz algérien de 50 %

Mais avec l’avènement de la guerre en Ukraine, la donne semble avoir changé du côté de la France. En effet, ce pays qui ne dépend pas trop du gaz algérien avant cette guerre, comme l'avait d'ailleurs souligné Emmanuel Macron dans une déclaration vendredi dernier à Alger, se voit désormais obligé de revoir sa stratégie en matière d'approvisionnement en gaz. La France, qui se prépare à mettre fin à ses importations du gaz russe, veut se tourner vers l'Algérie.

En effet, la radio française Europe 1 a révélé ce dimanche 28 août que la France négocie avec l'Algérie pour accroître ses importations en gaz naturel. Tout en précisant que la question énergétique n'était pourtant pas officiellement à l'ordre du jour de la visite d'Emmanuel Macron en Algérie, la même source précise toutefois que la question a été finalement bel et bien sur la table des négociations.

Selon Europe 1, l'Algérie « pourrait bien augmenter ses livraisons de gaz » à destination de la France à « hauteur de 50 % ». À ce stade, il s’agit d’« un engagement oral du côté d’Alger, d’où l'absence de confirmation officielle », précise la même source. Des échanges doivent avoir lieu dans les prochaines heures entre le groupe industriel énergétique français (Engie) et le groupe pétrolier algérien Sonatrach « à la fois pour confirmer cet engagement à la hausse, mais aussi pour entériner le volume de cette augmentation », précise la même source.

Retour en haut
Share via
Copy link