Des manifestations ont eu lieu, ce dimanche 18 septembre, dans des villes du Canada pour réclamer une régularisation massive des immigrants sans-papiers. Selon les chiffres avancés par les organismes canadiens, plus de 500.000 étrangers vivent dans le pays en situation irrégulière. 

À l’appel de "Solidarité sans Frontières", quelque 400 organismes communautaires canadiens ont pris part ce dimanche à des manifestations de rues dans plusieurs villes du pays, avec comme mot d’ordre "la régularisation massive des sans-papiers" vivant au Canada. Les manifestations qui ont eu lieu dans les principales villes du Canada, à l’instar de Montréal, Ottawa, Miramichi et Fredericton, ont drainé des milliers de marcheurs, rapportent les médias canadiens.

Les manifestants demandent au gouvernement fédéral de "bonifier le programme de régularisation des migrants, en donnant un statut permanent à tous ces individus qui sont arrivés au Canada de façon irrégulière". Les organismes estiment à 500.000 le nombre de sans-papiers qui vivent aujourd’hui au Canada et plusieurs d’entre eux se retrouvent dans une situation de vulnérabilité.

Plus de 500.000 sans-papiers vivent au Canada

"Les personnes migrantes et celles qui les appuient qui seront rassemblées aux quatre coins du pays ce dimanche réclament un programme qui assure la résidence permanente pour l’ensemble des 500.000 résident.e.s sans-papiers, en plus de reconnaître un statut d’immigration entier et permanent pour les 1,2 millions de travailleur.se.s, étudiant.e.s, réfugié.e.s et familles migrantes au pays", lit-on dans l’appel lancé le 13 septembre par  l’association "Solidarité sans Frontières", initiatrice de ces manifestations.

À lire aussi :  France : Voici les meilleures villes étudiantes 2022

Dans une déclaration à la presse, le porte-parole de "Solidarité sans Frontières", Hady Anne, a affirmé que "le moment est bien choisi pour le gouvernement fédéral d’écouter les revendications" des manifestants concernant la régularisation des migrants en situation irrégulière. "Nous avons plus de 500.000 personnes sur le territoire canadien sans statut, ce qui est vraiment grave et dangereux pour une société comme la notre aujourd’hui", a-t-il déclaré à la presse canadienne.

 

Selon les médias, le gouvernement fédéral a lancé un programme de régularisation au cours de la pandémie de covid-19 pour les migrants travaillant dans le secteur de la santé. Mais pour les organismes de défense des droits des migrants, le gouvernement doit régulariser l’ensemble des migrants. "C’est réaliste et c’est possible. Ces personnes, en majorité, sont des gens qui quittent leur territoire parce qu’ils sont chassés par des guerres, des dictateurs ou la faim. Ils sont là pour chercher une dignité. Ils vivent parmi nous. Je ne crois pas que leur vie dérange qui que ce soit sur le territoire canadien", explique à ce propos le porte-parole de "Solidarité sans-Frontières".