Au moment où l’Europe voulait plus de gaz d'Algérie pour réduire sa dépendance vis-à-vis du gaz russe, les derniers chiffres des exportations de gaz démontrent le contraire. En effet, les exportations de gaz vers l’Europe ont chuté au 1er semestre 2022, selon la revue MEES qui publie hebdomadairement des analyses  sur les développements pétroliers et gaziers dans la région du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

La guerre en Ukraine a bouleversé la carte énergétique dans le monde, particulièrement en Europe. Pour remédier au gaz importé depuis la Russie, les pays de l’Union européenne (UE), ont décidé de se tourner vers de nouveaux fournisseurs, notamment dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA). Parmi ces pays figure évidemment l’Algérie, fournisseur traditionnel du Vieux continent en matière de gaz et de pétrole.

Mais c’est au moment où les pays européens réclament des quantités plus importantes de gaz algérien, que les derniers chiffres révèlent que les exportations, enregistrent un chute importante par rapport à la même période de l’année 2021. En effet, dans son dernier numéro publié le 16 septembre, la revue hebdomadaire MEES a révélé que les exportations de gaz naturel ont atteint 24,7 milliards de m3 au premier semestre 2022, soit une baisse de 18 % par rapport au premier trimestre 2021.

À lire aussi :  Transfert de fonds à l’étranger : Les précisions de la DGI

Algérie : La baisse des exportations du gaz est-elle conjoncturelle ?

La compagnie Sonatrach a exporté, durant le premier semestre 2022, vers la Turquie, la France, l’Italie, l’Espagne, le Royaume Uni et les autres pays du monde, une quantité estimée à 5,06 millions de tonnes de GPL, selon la revue MEES. Pour le gaz naturel liquéfié (GNL), les exportations algériennes ont enregistré durant la même période, les volumes les plus faibles depuis 15 ans, ajoute la même source.

Tout porte à croire que cette baisse est liée à la décision du gouvernement algérien de réduire ses quantités de gaz livrés à l’Espagne, suite à la crise politique née entre les deux pays.  En effet, depuis juin dernier, le pays perd sa place de premier fournisseur de gaz à l'Espagne. Ce sont les Etats-Unis qui deviennent le principal fournisseur de l’Espagne en matière de gaz devant la Russie alors qu'Alger recule à la 3e place.