Les exportations de gaz algérien vers l’Europe ont chuté au 1er semestre 2022, a affirmé la revue MEES dans une analyse sur les développements pétroliers et gaziers dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord. La revue a révélé dans son numéro du 16 septembre que les exportations de gaz naturel ont atteint 24,7 milliards de m3 au 1er semestre 2022, soit une baisse de 18 % par rapport au 1er trimestre 2021. Cependant, ces chiffres ont été contestés par le groupe pétrolier italien ENI.

Ainsi, ce géant du gaz italien dément l'information rapportée par la revue économique spécialisée du Moyen-Orient. Des informations qui ont semé le doute en Italie. ENI affirme que "le Transmed a alimenté l’Italie avec une moyenne de 70 millions de mètres cubes de gaz algérien par jour, ce qui représente environ 36 % de l’approvisionnement total et plus de trois fois le flux arrivé de Russie au cours de la même période".

L'entreprise italienne a insisté pour affirmer à l'opinion publique que les informations rapportées par la revue MEES n'ont aucun fondement. Elle a indiqué dans son communiqué que "ces niveaux de flux en provenance d’Algérie au cours du mois de septembre n’ont jamais été enregistrés ces dernières années". ENI a également tenu à assurer "qu’il n’y avait pas de difficulté du côté algérien dans la disponibilité du gaz en volumes supplémentaires tel que convenu avec Sonatrach". Il Giornale qui a rapporté ces éclaircissements a indiqué que depuis le début de l’année, 13,9 milliards de mètres cubes ont été acheminés à destination de l’Italie via le gazoduc Transmed/Enrico Mattei, soit une  hausse de plus de 100% par rapport aux volumes initialement prévus.

À lire aussi :  Algérie : Les exportations de gaz en baisse

Exportation du gaz algérien : La crédibilité de la revue MEES remise en cause

Il faut rappeler que la revue MEES qui publie hebdomadairement des analyses sur les développements pétroliers et gaziers dans la région du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, a affirmé que les quantités de gaz exportées par l'Algérie sont en net recul. Elle a aussi indiqué que Sonatrach aurait du mal à accroître ses livraisons de gaz à destination de l’Italie, tel que convenu avec son partenaire italien, lors de la dernière visite de Mario Draghi en Algérie. Ce démenti d'ENI remet donc en cause la crédibilité de cette revue.