Le roi du Maroc, Mohammed VI, dont les absences prolongées font déjà débat, risque de se retrouver face à un nouveau scandale. En effet, des proches à lui se trouvent au cœur d’un grand scandale ; ils sont soupçonnés d'avoir expulsé une tribu pour installer un complexe hôtelier de luxe au bord de la mer. Une histoire qui ne passera pas inaperçue. 

C’est ce que révèle un article publié, lundi 19 septembre, par Forbidden Stories qui a repris une enquête de Omar Radi, un journaliste marocain condamné à 6 ans de prison pour des accusations de viol et d'espionnage. Condamnation, écrit Forbidden Stories, qui interroge car Omar Radi travaillait sur l'entourage du roi du Maroc et ses pratiques". C'est en tout cas ce que plaide Hicham Mansouri, l'autre journaliste qui a enquêté sur le sujet.

"C'est inimaginable que Omar Radi soit impliqué dans ce qu'on lui reproche parce que c'est une longue série d'accusations : espionnage, viol, ivresse…", plaide-t-il. Omar Radi aurait notamment découvert que certains hauts dirigeants se sont accaparés des terres tribales pour y construire des infrastructures de luxe, très lucratives. L'enquête commence par l'expulsion de la tribu Ouled Sbita, non loin de Rabat, la capitale du Maroc. A la place de sa forêt protégée, sont construits un golf, des villas de luxe avec piscines et une plage privée. Et, comme par hasard, les noms cités dans l'enquête remontent haut dans l'entourage du roi.

À lire aussi :  Vers un nouveau départ pour les relations franco-marocaines ?

Expulsion d’une tribu au Maroc : Un hold-up financier avec soupçon de délit d'initié

Cécile Andrzejewski, une journaliste qui a poursuivi l'enquête de Omar Radi a qualifié cette affaire de "hold-up financier avec soupçon de délit d'initié". "Ce qui était aussi au cœur du travail de Omar, c'était vraiment de raconter ce qui est arrivé à cette tribu", souligne la journaliste. "Il y a une des sources qui me dit : vous savez la façon la plus clean d'imprimer du billet de banque, c'est de prendre une terre qui n'a aucune valeur et de lui donner une valeur immense", détaille Cécile Andrzejewski. C'est exactement ce qu'il s'est passé pour l'enrichissement de quelques-uns".