Les tensions diplomatiques entre Madrid et Alger ont impacté les échanges économiques entre les deux pays, notamment autour des prix du gaz algérien. C'est dans ce contexte que des négociations sur la révision des prix du gaz fourni à l'Espagne sont engagées. Des négociations dans lesquelles le rapport de force est favorable à l'Algérie, étant donné que l'Europe traverse une crise énergétique. L'Espagne devra payer le gaz algérien beaucoup plus cher à l'avenir. 

En effet, selon le journal espagnol 20minutos, Sonatrach a placé la barre très haut. L'Espagne devrait payer ce gaz jusqu'à trois fois plus cher que les prix déjà pratiqués. Les nouveaux prix auront également un effet rétroactif ce qui va encore saler la facture pour l'entreprise espagnole Naturgy. Le journal espagnol affirme que les prix ne seront plus indexés aux prix du Brent.

Ainsi, avant le début de ces négociations à l'expiration du contrat de trois ans en 2021, le prix du gaz était indexé sur un indice de référence Brent, au lieu du marché du gaz. Cependant, les prix du gaz s'étant envolés, le groupe algérien a affirmé son intention de bénéficier de "la tendance du marché qui s’est inversée et l’Algérie veut donc négocier les nouveaux prix, selon une nouvelle référence".

À lire aussi :  Algérie : Les exportations de gaz en baisse

Les prix du gaz algérien "liés" à la position de l'Espagne dans le dossier du Sahara occidental

20minutos explique que même si les termes de l'accord négocié entre Sonatrach et Naturgy sont confidentiels, tout comme l'état d'avancement des négociations, la société espagnole assure que les difficultés de ces  négociations sont normales pour des contrats aussi longs et qu'elles se déroulent dans de bonnes conditions.  Cependant, la révision à la hausse du prix du gaz fourni à l' Espagne par le gazoduc Medgaz via Almería est la pierre angulaire de ces pourparlers. Des prix qui devraient doubler, voire tripler, selon les exigences algériennes.

En effet, l'Algérie souhaite indexer le prix de son gaz sur celui fixé par le marché néerlandais du gaz, le TTF, qui est impacté par la guerre en Ukraine. Ainsi, selon les prévisions d'AleaSoft, le prix du gaz naturel dans l'indice journalier TTF est de 199,29 euros par MWh ; 228,7 euros MWh et 311,8 euros MWh, des valeurs qui sont le double, voire le triple, de celles de l'indice Brent. Dans ces négociations, l'Algérie qui est en position de force, ne compte pas céder. Elle fera donc également payer à l'Espagne son changement de position dans le dossier du Sahara occidental, estime ce journal qui a rapporté l'information.