Abdlemadjid Tebboune a donné son aval pour l'importation d'une catégorie de véhicules d'occasion par des particuliers et des entreprises. L'annonce a été faite le dimanche 2 octobre lors d'une réunion du Conseil des ministres consacré au projet de Loi de finances 2023 et à des exposés relatifs à plusieurs secteurs.

L'importation des véhicules, de tous types, a été suspendue en 2019 en Algérie. Depuis, les concessionnaires ne cessent d'appeler les pouvoirs publics pour retourner aux importations et pouvoir ainsi reprendre leur activité. Les particuliers ne sont pas du reste, eux qui réclament aussi le retour à l'importation des véhicules d'occasion, surtout que le gouvernement avait introduit, dans la Loi de finances 2022, l'importation des véhicules de moins de 3 ans.

Mais cette procédure n'est jamais appliquée, puisque les Algériens sont toujours privés de voitures neuves ou d'occasion importées de l'étranger. Les autorités, qui n'ont pas fermé définitivement le dossier de l'importation, se sont attelées ces derniers mois à évoquer l'industrie automobile. Le 13 juillet dernier, le ministre de l'Industrie, Ahmed Zeghdar, a affirmé que l'Algérie « dispose de toutes les capacités nécessaires pour créer une industrie automobile locale ».

Mais pour le commun des Algériens, l'urgence est de pouvoir acheter une voiture neuve ou d'occasion à un prix accessible, qu'elle soit de fabrication locale ou étrangère. Ce sont surtout les professionnels de certains secteurs d'activités qui en pâtissent le plus ; comme les professionnels du transport public et de marchandise et des agriculteurs. Ces derniers se retrouvent privés de l'outil essentiel de leurs activités respectives, à savoir les véhicules agricoles.

L'importation de tracteurs d'occasion autorisée en Algérie

C'est dans ce sens que le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune a pris la décision d'autoriser l'importation de matériel agricole et de ses pièces de rechange, que ce soit par des particuliers ou par des entreprises. La décision concerne notamment une catégorie de véhicules d'occasion destinée aux agriculteurs ; à savoir les tracteurs.

En effet, selon le communiqué publié sur la page Facebook de la Présidence à l'issue de la réunion du Conseil des ministres, Abdelmadjid Tebboune a instruit le gouvernement d'autoriser les agriculteurs à « importer des tracteurs agricoles de moins de 5 ans d'âge jusqu'à ce qu'un équilibre soit atteint entre la production nationale de tracteurs et ceux importés ». Le chef de l'État a aussi insisté sur « la nécessité de faire passer l'agriculture du caractère social au caractère scientifique, selon une vision moderne, qui inclut la formation et la réhabilitation de la ressource humaine », selon les termes du communiqué.

La décision du chef de l'État d'autoriser l'importation de tracteurs d'occasion par les agriculteurs sera-t-elle un prélude à une autorisation prochaine de l'importation d'autres catégories de véhicules ? C'est la question que vont certainement se poser les Algériens qui sont dans l'attente, depuis plusieurs années, du retour de l'importation de voitures dans un contexte qui pousse les prix des voitures d'occasion à des sommets.