Bloqué pendant plusieurs années, le mégaprojet de production d'huile de Cevital, initié par l'homme d'affaires Issad Rebrab, a été relancé sur décision d'Abdelmadjid Tebboune. Mieux encore, le taux d’avancement des travaux de l’usine de trituration des graines oléagineuses au niveau de Béjaïa, dans la région de Kabylie, a atteint 80 %.

Ainsi, lors de la visite d'inspection du wali de Béjaïa le 9 octobre au projet de réalisation de l’unité de trituration appartenant à Cevital, la cellule de communication de la wilaya de Béjaïa a affirmé, dans un communiqué publié en langue arabe sur Facebook[1][ar] Publication de la Cellule de communication de la wilaya de Béjaïa, Facebook, que le taux d’avancement de l’usine a atteint 80 %.  Accompagné de la cellule d’écoute et d’accompagnement des investisseurs, le wali de Béjaïa a affirmé que ce projet  a « bénéficié des mesures décidées par le chef de l'État »[2]Tebboune relance un mégaprojet de Cevital bloqué au temps de Bouteflika.

Ce mégaprojet « va indéniablement contribuer à la sécurité alimentaire, notamment en huile de table », ajoute cette cellule de communication qui explique que ce projet « permettra à Cevital, premier producteur d’huile de table à l’échelle nationale, de produire localement la matière première localement et se passer de l’importation ». La cellule de communication de la wilaya de Béjaïa révèle également que « l’usine permettra la création d’environ 250 emplois directs et des emplois indirects seront créés dans l’agriculture ».

Il faut souligner que ce projet, bloqué pendant plusieurs années, n'est pas des moindres. Il vise à dégager 2,2 milliards de dollars de chiffre d'affaires, dont 750 millions à l'exportation. Un blocage politique, selon certaines sources qui affirment que « c'est le clan Bouteflika ». Au bout de la 3e année au pouvoir, Abdelmadjid Tebboune a donc décidé de le débloquer. « Ce projet est bloqué faute d'une autorisation alors que l'usine est déjà construite à 80 %. Il pourrait permettre à l'Algérie de produire d'ici 6 à 7 mois sa propre huile. De l'huile algérienne, du producteur jusqu'au consommateur », avait déclaré le chef de l'État durant l'ouverture de la rencontre gouvernement-walis tenue le 25 septembre 2022. C'était, en fait, un signe que le mégaprojet – que Tebboune n'avait pas cité nommément – allait être remis en route.