Les perturbations que l'on constate à l'embarquement chez la compagnie maritime nationale Algérie Ferries ne sont pas toujours causées par l'impréparation ou l'incompétence des agents de la compagnie. Depuis la reprise des traversées fin octobre 2021, les passagers ont eu l'occasion de dénoncer des problèmes d'organisation, causant des retards énormes pour la traversée.

Il est vrai qu'au départ, c'étaient les contrôles sanitaires qui rendaient le voyage pénible, mais maintenant qu'ils sont plus souples – avec l'amélioration de la situation sanitaire mondiale –, les explications aux perturbations à l'embarquement sont à rechercher ailleurs, particulièrement chez des passagers qui manquent cruellement de civisme.

Il y a quelques jours, Algérie Ferries a rendu public un communiqué pour expliquer que les fausses déclarations sur les véhicules participaient grandement aux perturbations à l'embarquement. Des passagers déclarent leurs véhicules comme de la catégorie 2 (petits véhicules) alors qu'ils appartiennent à la catégorie 6 (grands fourgons). La procédure de correction des documents de voyage prend du temps et cause donc du retard aux voyageurs et à la compagnie maritime, qui dénonce également la surcharge des véhicules comme une autre source pour les perturbations à l'embarquement.

Les voyageurs d'Algérie Ferries veulent économiser un maximum

L'on sait un peu plus sur ce phénomène qui ne veut décidément pas se dissiper. La source de ces perturbations ne serait autre que les trabendistes qui font leur loi depuis la reprise des traversées maritimes de et vers l'Algérie. C'est beaucoup plus flagrant sur la ligne entre le port espagnol d'Alicante et Oran, où les trabendistes sont beaucoup plus nombreux et beaucoup plus visibles.

En fait, l'idée pour ces « businessmen à l'algérienne » est d'économiser le maximum sur le voyage pour gagner le maximum au bout du compte. Ils profiteraient de la pression que subit Algérie Ferries pour faire passer leurs fourgons surchargés comme des véhicules touristiques sans marchandise afin de faire baisser le prix du billet. Et peu importe si leur démarche dérange les centaines de passagers qui rêvent de voyage paisible.

Parfois, ce sont eux qui provoquent la pagaille à l'embarquement pour que les agents de la compagnie maritime algérienne liquident la procédure en leur faveur. Mais il est vrai que ces trabendistes ont été laissés faire pendant plusieurs années, soit parce qu'ils avaient des complices, soit parce que l'État voulait la paix sociale. Et visiblement, les dirigeants d'Algérie Ferries semblent vouloir en finir et ils veulent apparemment y aller graduellement.