Kafkaïenne, rocambolesque, abracadabrante… les qualificatifs ne manquent pas pour qualifier cette histoire de cahier des charges fixant les conditions et modalités de l'activité de concessionnaire et d'importation de véhicules neufs vers l'Algérie. En effet, ce cahier des charges attendu et annoncé à plusieurs reprises n'a pas encore vu le jour.

Cette situation devient encore plus problématique du moment où le chef de l'État avait donné une semaine au ministère de l'Industrie pour la publication dudit cahier des charges[1]Cahier des charges pour l'importation de véhicules neufs : Tebboune ordonne sa publication dans une semaine. Cette décision avait été annoncée par la Présidence de la République dans un communiqué publié à la suite de la réunion du Conseil des ministres. Le communiqué, datant du 23 octobre, avait affirmé que le chef de l'État a instruit de « publier le cahier des charges de l'activité de concessionnaires d'importation de véhicules neufs d'ici une semaine, et mettre fin grâce à ce texte aux anciennes pratiques qui ont épuisé les citoyens et le trésor public ».

Ce 7 novembre, soit 2 semaines après l'instruction de Abdelmadjid Tebboune, le cahier des charges n'a toujours pas été publié et aucune information n'a filtré sur ce sujet de la part du ministère de l'Industrie. Ce retard dans la publication du cahier des charges fait donc l'objet de polémique. Chacun va de sa propre version pour expliquer le fait qu'il n'ait pas encore été rendu public. Cependant , avant même l'instruction de Abdelmadjid Tebboune, l'Organisation algérienne pour la protection des consommateurs (APOCE) a parlé de fuites du nouveau cahier de charges des concessionnaires automobiles.

Toute « personne physique serait autorisée à acheter une voiture neuve tous les 5 ans » et « chaque personne physique ne peut acheter qu'une seule voiture neuve tous les 5 ans auprès de tous les agents ou de leurs distributeurs agréés », avait écrit Mustapha Zebdi, président de cette organisation, en se référant aux fuites. Il faut dire également que depuis plus de 2 ans, ce cahier des charges fait l'objet de débat. Sa publication a été annoncée imminente à plusieurs reprises, mais à chaque fois reportée.