La question des restrictions sur les visas continue à semer la zizanie dans les relations franco-marocaines. Le président français a même confirmé que son pays va continuer à imposer cette mesure. En réaction à cette déclaration, Mustapha Baitas, ministre délégué auprès du chef du gouvernement marocain, affirme que son pays a fait le nécessaire concernant le rapatriement de ses « sans papiers ».

En effet, Mustapha Baitas a déclaré le 24 novembre qu'il « faut poser la question à l’autre partie et non au Royaume du Maroc, sachant que le gouvernement marocain a indiqué, à maintes reprises, que si le dossier des visas est lié au retour des mineurs marocains, il y a des instructions royales claires à cet égard. Il y a eu des instructions adressées, en ce sens, aux ministres de l’Intérieur et des Affaires étrangères ».

Le ministre a réaffirmé la volonté des autorités marocaines à œuvrer pour la concrétisation des directives royales sur ce sujet. Cependant, il assure qu'« il y a des entraves administratives dans les pays où se trouvent ces mineurs de la part des acteurs de la société civile. Ces obstacles empêchent ces processus de conduire vers des résultats » positifs. Dans son point de presse, ce ministre est donc revenu sur les raisons de la crise des visas avec la France.

À lire aussi :  Commission mixte sur la mémoire : Les historiens français en majorité pieds-noirs

Il y a « une volonté claire de la part du Roi et du gouvernement » de faciliter le retour des mineurs marocains en situation irrégulière en France et en Europe, a-t-il souligné. La persistance des restrictions est due, selon lui, à la partie française. « Mais s’il y a une autre raison, il faut s’adresser à l’autre partie», a-t-il affirmé.