Les pays d'Afrique du Nord continuent d'enregistrer de mauvais classements en niveau mondial. Cette fois, il s'agit du classement de l’Indice mondial de l’État de droit pour 2022, publié par le World Justice Project, basé à Washington, D.C. Dans ce classement, la Tunisie est la mieux placée au milieu du tableau. Elle arrive à la 71e place sur 140 pays. Elle est suivie de l'Algérie à la 89e place puis du Maroc à la 94e place. 

Ainsi, selon ce classement réalisé par l’ONG World Justice Project, créée en 2006, ces pays sont à la traine. L'ONG base son évaluation de l’État de droit sur huit indicateurs. Il s'agit des restrictions aux pouvoirs du gouvernement, l’absence de corruption, le gouvernement ouvert, les droits fondamentaux, l’ordre et la sécurité, l’application des lois, le droit et la justice pénale. Dans le classement de cette année, les pays d'Afrique du Nord ont reculé. À la tête du classement, le Danemark, la Norvège et la Finlande sont respectivement dans le top 3 mondial. De son côté, la France n'est que 21e de ce classement.

Cette année l'Algérie se classe au 94e rang mondial avec 0,47 point dans l’indice des restrictions aux pouvoirs de l’État, un indicateur qui tient compte du contrôle du pouvoir judiciaire et législatif sur le gouvernement. En ce qui concerne l’absence de corruption, l'Algérie se classe 85e place avec 0,45 point. Pour l’indicateur du gouvernement ouvert, l'Algérie est très mal classée. Elle n'est qu'à la 125e place, avec 0,35 point. Quant aux droits fondamentaux, l'Algérie s’est classée 110e, avec un score de 0,43. Cet indicateur porte sur la liberté d'expression et le droit à la vie privée, en plus du droit à la vie et à la sécurité personnelle, le droit à l’emploi et à un procès équitable.

À lire aussi :  La difficile situation du roi Mohammed VI et la raison derrière sa perte de poids

Par ailleurs, en ce qui concerne l’indice d’ordre et de sécurité, qui s’intéresse à l’absence de la criminalité et de la violence civile, l'Algérie est dans la première moitié de ce classement. Elle arrive à la 60e place avec 0,75 point. Dans l'indice de mise en œuvre organisationnelle, il s’est classé 74e, avec 0,48 point. Dans la justice civile, qui évalue l’accès à la justice, l’absence de discrimination et d’influence du gouvernement sur l’exécution des jugements, l'Algérie se classe au 60e rang, avec un score de 0,55. En termes de justice pénale, l'Algérie se classe au 105e rang avec 0,35 points. Cet indicateur se penche sur l’efficacité des enquêtes et des réformes du système judiciaire, ainsi que l’absence de discrimination et d’influence sur le pouvoir judiciaire.

Indice de l'État de droit : L'Algérie devance le Maroc

Concernant le classement général à l'indice mondial de l'État de droit dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), on retrouve les Émirats arabes unis en première position, suivie par la Jordanie, et à la 3e place on retrouve la Tunisie. L'Algérie est à la 4e place, et le Maroc à la 5e place du classement réalisé par l’ONG World Justice Project.

Indice de l'Etat de droit - Région MENA

Indice de l'État de droit - Région MENA