Pourquoi les Algériens occupent des postes pour lesquels ils sont surqualifiés ?

En Europe, la question des immigrés est traitée sous tous les angles. Régulièrement, elle revient au centre des débats. Pour certains, ces étrangers sont la cause du « déclin » du vieux continent. Pour d'autres, les immigrés enrichissent l'Europe et sur le plan culturel et sur le plan de la création des richesses. Cependant, ces immigrés occupent souvent des postes pour lesquels ils sont surqualifiés. Ce qui pousse à s'interroger sur leur situation.

En effet, en Europe, selon le site Eurostat1, les non-ressortissants employés sont plus susceptibles d'être surqualifiés que les nationaux pour leur emploi. En 2021 le taux de surqualification était de 39,6 % pour les citoyens hors UE  et de 32,0 % pour les citoyens des autres pays de l'UE. Cependant, le taux de surqualification des nationaux s'établit à 20,8 %. Ces chiffres révèlent une grande disparité entre les deux catégories dans l'occupation des postes en étant surqualifiés.

Ce qui pousse à s'interroger sur les raisons de ce décalage, notamment pour les Algériens qui sont en majorité établis en France. Pour répondre à ces questionnements, il faut commencer par s'interroger sur les raisons qui poussent ces Algériens à immigrer. En effet, le rêve européen fait tourner les têtes des jeunes et moins jeunes. Ils sont des centaines à partir ; certains légalement avec des visas d'études ou des visas touristiques, d'autres sont prêt à défier la mer dans des embarcations de fortunes pour rallier le continent européen. Arrivés sur place, ces Algériens sont prêts à travailler dans n'importe quel domaine pour subvenir à leurs besoins. Ils acceptent donc des emplois pour lesquels ils sont surqualifiés.

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

Les Algériens préfèrent rester en France

Cependant, ce n'est qu'une partie de la réponse. Plusieurs facteurs entrent en jeu. La France est également responsable de ces disparités. Certaines restrictions législatives appliquées à certains métiers empêchent les Algériens d'exercer dans leurs domaines de compétence. La pratique de la langue française est également un frein pour certains immigrés qui ont des compétences techniques, mais qui ne sont à l'aise avec la langue de Voltaire.

Un autre facteur est également déterminant. Il s'agit de l'équivalence des diplômes. Les diplômes algériens ne sont pas reconnus en France et pour faire une équivalence, le titre donné est souvent inférieur à celui de la France. La logique des recrutements, les  comportements discriminatoires des recruteurs ou du public dans le cas des professions de contact sont aussi des raisons pour que ces Algériens occupent des postes pour lesquels ils sont surqualifiés.

Il faut souligner que malgré tout cela, ces immigrés préfèrent rester en France au fait de « rentrer au bled ». Leur train de vie, la valeur de l'euro et toutes les libertés dont ils disposent les motivent à construire leur vie loin de leurs pays d'origine. Même avec un salaire moyen en France, la diaspora algérienne peut venir en aide à ses proches en Algérie. Le taux de change fait que le peu d'argent qu'ils envoient devient une richesse en Algérie.


  1. Non-nationals more likely over-qualified than nationals, Eurostat 

    Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts


Vous aimez cet article ? Partagez !