Attaques à la seringue : La psychose atteint la Kabylie

Le premier cas de piqûre d'écoliers avec des seringues en Kabylie a été enregistré le mardi 14 mars dans un collège de la municipalité de Tizi N'Tleta, à Ouadhias, daïra située à une trentaine de kilomètres au sud de Tizi-Ouzou. La victime est un collégien de 11 ans.

Depuis quelques jours, des informations sur des cas d’attaque avec des seringues contre les écoliers dans plusieurs régions d’Algérie, par des femmes habillées en Jilbab (voile islamique intégral), foisonnent sur les réseaux sociaux. Un phénomène qui a semé la panique chez les parents. Ce phénomène qui a touché jusque-là certaines écoles de l’intérieur du pays a atteint la Kabylie avec un premier cas d’attaque à la seringue enregistré dans une école de la wilaya de Tizi-Ouzou.

« Le premier cas de piquage à l'aiguille vient de surgir au CEM Ait-Abdemoumene 1, dans la commune de Tizi-Ntleta, en ce jour du mardi 14 mars 2023 vers 7 h 50 » écrit, Djilali Tayeb, le maire de Tizi N'Tleta dans un message à l’adresse de la population de sa commune. « La victime est un collégien âgé de 11 ans, actuellement sous surveillance et des soins intensifs. Sa vie est hors du danger », ajoute le premier responsable de la commune.

Société Les chiffres sur les mariages, divorces, natalité et espérance de vie en Algérie (ONS)

Dans son message, le maire a tenu à lancer un appel à « tous les parents, les comités de villages et à la famille de l'éducation nationale pour surveiller toutes les personnes étrangères aux alentours des établissements scolaires afin d'éviter d'autres victimes en la matière ». Dans une déclaration le mercredi 15 mars à la Radio de Tizi-Ouzou, le maire de Tizi Ntleta est revenu avec des détails sur l'affaire de l'attaque à la seringue de ce collégien de sa municipalité.

Le phénomène des attaques à la seringue inquiète des parents d’élèves

Selon les explications du maire, la victime a été approchée aux environs de 7 h 50 par une femme qui s’est présentée comme sa tante, devant son établissement scolaire. « Le collégien a été piqué par cette femme au niveau de la main droite avec une seringue », affirme le maire. « L’enfant, qui s’est enfui, a ensuite été évacué au dispensaire d’Ait-Abdelmoumene. Mais vu son état critique, il a été transféré vers la clinique des Ouadhias », ajoute-t-il.

Après avoir reçu les premiers soins, le collégien a subi par la suite des tests sérologiques. « Pour le moment l’état de santé de la victime est stable et sa vie n’est pas en danger », rassure l’édile non sans lancer à nouveau un appel à l’adresse des parents des élèves les invitant à accompagner leurs enfants à l’école, mais aussi à l’ensemble des responsables de l’éducation en vue de prendre des mesures de sécurité au niveau de leurs établissements.

L’affaire de ce collégien attaqué à la seringue au niveau de la région de Tizi Ntleta a suscité une psychose un peu partout en Kabylie. « Il faut renforcer davantage la sécurité à l’entrée et à la sortie des écoles. Au moindre soupçon, contactez les services de la police », écrit une internaute. « Accompagnez vos enfants jusqu’au portail de l’école et surtout se méfier de toute personne étrangère, que ce soit un homme ou une femme », ajoute une autre.

Société À Bruxelles, les musulmans n'ont nulle part où enterrer leurs morts

De leur côté, les services de sécurité (Police et Gendarmerie nationale) ne sont pas encore exprimés sur cette affaire qui a mis en état d’alerte les parents d’élèves au niveau de cette commune de la Kabylie. Il faut dire que ce phénomène d’agression à la seringue n’est pas fait pour rassure les parents d’élèves et s'ajoute aux différents actes de violence et tentatives de kidnapping dont sont victimes des écoliers et des collégiens à longueur d’année.


Vous aimez cet article ? Partagez !