La normalisation avec Israël ne passe toujours pas au Royaume du Maroc

La normalisation des relations avec Israël ne fait toujours pas l'unanimité au Maroc. En effet, plus de deux ans après l'accord signé entre les deux pays, une partie de la population n'arrive toujours pas à avaler la pilule. Des personnalités politiques, des partis et des organisations de la société civile continuent à fustiger la politique de rapprochement entre le Maroc et Israël. 

Ainsi, présenté officiellement comme un pas en avant, la normalisation entre le Maroc et Israël n'est pas acceptée par une partie de la société marocaine. À chaque évènement en Palestine, des Marocains montent au créneau pour dénoncer le « soutien » du Maroc à Israël. Cette situation a d'ailleurs poussé le roi à user de son « autoritarisme » envers le Parti de la justice et de la démocratie (PJD). Par l'intermédiaire de son cabinet royal, Mohammed VI a recadré ce parti qui a osé critiquer le soutien du ministre marocain des Affaires étrangères à Israël.

La question de la normalisation est « sacrée » et les opposants sont sommés de ne pas s'exprimer sur le sujet, sous-entend le cabinet royal qui a rappelé que « la politique extérieure du Royaume est une prérogative » du roi Mohammed VI et estime que « l’instrumentalisation de la politique extérieure du Royaume dans un agenda partisan interne constitue ainsi un précédent dangereux et inacceptable ». « Les relations internationales du Royaume ne peuvent être l’objet de chantage de la part de quiconque et pour quelque considération que ce soit, particulièrement dans ce contexte mondial complexe », ajoute encore le cabinet royal.

Politique Fin du droit du sol en France, ce que propose le RN

Loin de  se décourager, le parti islamiste a répondu au recadrage du Roi. Le parti estime qu'il n'a fait que valoir son droit à la « liberté d’expression ». Il explique que ses positions « s’exercent dans le cadre de la liberté d’expression garantie sous toutes ses formes par la Constitution ».

Cependant, les déclarations du parti ne sont que l'arbre qui cache la forêt. Au Maroc, les voix discordantes sont noyées dans une communication officielle qui met en avant les avantages de cette normalisation. Les accords de coopérations sont mis en avant pour notamment réduire au silence les opposants à cette normalisation. Depuis plus de deux ans, les rassemblements, déclarations et autres évènements hostiles aux relations israélomarocaines sont passés sous silence.


Vous aimez cet article ? Partagez !