Ramzy témoigne du sacrifice des Algériens immigrés en France

Depuis plusieurs décennies, de nombreux Algériens ont choisi de migrer en France. Différentes générations de migrants se sont succédé, motivées par diverses raisons. Les premières, tant avant qu'après l'indépendance de l'Algérie, cherchaient principalement à subvenir aux besoins de leurs familles restées au « bled ». Toutefois, à partir du milieu des années '70, grâce aux mesures de regroupement familial, l'immigration algérienne en France est devenue plus pérenne.

De nombreux immigrés ont ainsi fait le choix de rester en France, de fonder une famille ou de ramener leurs propres familles pour s'y installer. Les immigrés de cette époque ont donc tout fait pour s'intégrer à la société française. Les parents, pour la réussite de leurs enfants, ont choisi de les orienter dans le sens de « devenir Français ». C'est d'ailleurs ce dont témoigne le célèbre acteur Ramzy Bedia.

En effet, cet acteur franco-algérien a fait des révélations bouleversantes sur l'arrivée de sa famille sur le territoire français. Ces révélations qui illustrent les sacrifices de toute une génération pour la réussite des enfants. L'acteur a parlé de cette enfance dans une interview accordée à l'émission Sept à huit de la chaîne TF1, le dimanche 21 mai. Face à Audrey Crespo-Mara, Ramzy Bedia est donc revenu sur une période qui l'a forgé.

Société Voici pourquoi le principal lycée musulman de France sera privé de ses 500'000 euros de subventions par an

Ramzy raconte que son père s'est plié en quatre pour que sa famille s'intègre en France. Le père est allé jusqu'à orienter son fils vers le catholicisme pour qu'il se noie dans la foule. « J’allais à l’école catholique, je faisais mes prières tous les matins, je les connais par cœur encore […] et le soir, je voyais mon père le front sur le sol en train de prier et j'avoue que je ne comprenais pas. Je lui disais : "mais papa, pourquoi je ne prie pas comme toi ?" », révèle l'acteur qui rappelle la réponse de son père à ses questions. « Chut, sois comme les autres, tais-toi et intègre-toi », disait donc ce père soucieux de l'intégration de son fils. « Il a continué à travailler en artisan taxi pour pouvoir me payer l'école privée, parce qu'on était à Gennevilliers dans une banlieue difficile, donc il m'a mis à l'école dans la ville d'à-côté », raconte encore Ramzy Bedia à propos d'un père qui s'est sacrifié pour ses enfants.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Audrey Crespo-Mara (@audreycrespom)


Vous aimez cet article ? Partagez !