Mouton de l'Aïd el-Kebir : conditions, transport et abattage hallal. Tout ce que vous devez savoir en France

Pour fêter  l'Aïd al-Adha, les musulmans procèdent à l'abattage hallal des moutons. En France, le sacrifice du mouton de l’Aïd selon les préceptes de l’islam est permis sous réserve de respecter la réglementation. À l’occasion de chaque fête de l’Aïd al-Adha, une circulaire des ministères de l'Intérieur et de l'Agriculture en rappelle les règles, les obligations et les dérogations admises en France.

Des centaines de milliers d'animaux abattus en France chaque année

L’Aïd al-Adha, ou Aïd el-Kebir, est une fête célébrée chaque année par les musulmans du monde entier. Cette année, l’Aïd al-Adha aura lieu mercredi 28 juin 2023. En France, cette fête se traduit par l’abattage de plus de 100'000 moutons et 6000 bovins sur une période comprise entre 1 à 3 jours. L’organisation de cette fête constitue donc un défi logistique pour l’ensemble des parties prenantes : communautés musulmanes, professionnels de l’élevage et de l’abattage, collectivités territoriales, État, etc.

L’abattage des animaux pendant la fête de l’Aïd el-Kebir doit être réalisé dans des abattoirs agréés par l’État, dans le respect des réglementations relatives à la sécurité sanitaire des aliments, à la santé, à la protection animale et à la protection de l’environnement, lit-on dans le « Guide pratique de l'Aïd-el-Kébir - Modalités d'organisation et d'encadrement de l'abattage » publié sur le site du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire1.

Société À Rouen, une soirée « les étrangers dehors » suscite la polémique

Aïd el-Kebir en France : Abattage hallal des moutons à quelles conditions ?

En France, l’abattage des animaux en dehors des abattoirs est interdit et constitue un délit. Afin de satisfaire la forte demande à l’occasion de la fête de l’Aïd al-Adha, les autorités françaises mettent en place au niveau des différents départements des abattoirs dits « temporaires », agréés spécifiquement en complément des établissements pérennes existants. Chaque année, 180 abattoirs en moyenne sont mobilisés. La liste complète des abattoirs agréés pour l'Aïd al-Adha 2023 dans toute la France est publiée sur le site du ministère de l’Agriculture.

L'abattage hallal est autorisé en France

L’abattage rituel (hallal) des moutons est autorisé. Cependant, la loi autorise l’abattage dans les seuls abattoirs agréés et l'interdit donc dans les abattoirs clandestins, à la ferme, chez l'habitant et où que ce soit d'autre, notamment sur les sites d'approvisionnement comme c'est trop souvent le cas, comme le rappelle le guide pratique de l’Aïd al-Adha en France.

Dans ces abattoirs qui doivent être aux normes sanitaires, seuls des sacrificateurs agréés sont habilités à pratiquer l’abattage rituel. Ils sont formés pour cela et doivent obligatoirement en possession d’une carte d’habilitation en cours de validité et d’un certificat de compétence. Les cartes d’habilitation sont délivrées par l’une des trois mosquées agréées : la grande mosquée de Paris, celle d’Evry Courcouronnes et celle de Lyon. Les certificats de compétence sont délivrés par le préfet du lieu de domicile de chaque sacrificateur. Donc on ne s’improvise pas sacrificateur à l’occasion de l’Aïd al-Adha.

Aïd el-Kebir : Ce que dit la loi française sur l’abattage hallal

Les préfets, mais aussi les maires, doivent veiller à l’application stricte du règlement régissant l’abattage hallal dans les abattoirs. La circulaire 2023 relative à la célébration de l’Aïd el-Kebir en France rappelle également les sanctions pénales en cas d’infraction au règlement. Voici quelques exemples :

Société L'Algérie recrute des enseignants d'arabe qui vont exercer en France

  • abattage en dehors d’un abattoir agréé : 6 mois de prison + 15 000 euros d’amende
  • transport d’un animal vivant dans le coffre d’un véhicule ou sans autorisation : 6 mois de prison + 7 500 euros d’amende ;
  • absence de précaution pour limiter la douleur et la souffrance de l’animal, absence d’immobilisation dans une berce agréée avant mise à mort, suspension d’un animal conscient, pas d’immobilisation préalable avant la saignée : 750 euros d’amende.

Le transport du mouton de l’Aïd al-Adha en France

La circulaire rappelle aussi qu’il est  interdit d’abattre les moutons et agneaux pour les fêtes de l'Aïd ailleurs que dans un abattoir agréé (surtout pas à la ferme ni dans sa baignoire ou tous autres lieux non agréés par les préfets), de les transporter dans le coffre des voitures et d’user de contention manuelle ou non agréée.

L’identification électronique des ovins est obligatoire depuis le 1er juillet 2010. Le numéro d’identification est unique et comprend le code pays, soit FR pour la France, suivi d’une série de onze chiffres. Un mouton bien identifié doit posséder deux boucles : une boucle électronique dans l’oreille gauche ; une boucle conventionnelle (non électronique) portant le même numéro d’identification dans l’oreille droite.

Les animaux destinés à l’abattage rituel, comme tout animal destiné à l'abattoir, doivent être transportés selon les prescriptions définies aux articles R214-17 et R214-49 à R214-59 du code rural. Tout autre moyen de transport est prohibé notamment dans les coffres des véhicules.

  • les animaux doivent être sains et identifiés ;
  • le transport des marchés au vif ou de chez les producteurs aux abattoirs doit être effectué en bétaillère agréé par un transporteur agréé ;
  • pendant le trajet, prévoir eau, arrêt et nourriture s’il est long.

  1. Guide pratique de l'Aïd-el-Kébir : Modalités d'organisation et encadrement de l'abattage, ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire 

    Société À Paris, un centre médial accueillant des sans-papiers fermé pendant les JO


Vous aimez cet article ? Partagez !