L'état-major français dément une demande de survol du territoire algérien

L'État-Major des armées françaises a rejeté les informations diffusées par la Radio officielle algérienne selon lesquelles l'Algérie aurait refusé d'accorder à la France l'autorisation de survoler son territoire en vue d'une opération militaire au Niger.

L'État-Major a aussi infirmé la demande française de survol du territoire algérien et a déclaré à l'agence de presse Reuters que les autorités algériennes n'avaient pas émis de refus formel. L'État-Major des armées françaises répond donc à une information publié tard dans la soirée du lundi 21 aout.  “L’Algérie a donné une suite négative à la demande française de survol du territoire national pour attaquer le Niger. La réponse d’Alger est ferme et sans équivoque” a écrit cette source médiatique.

L'état-major infirme la demande par la France de survol du territoire algérien et par conséquent le refus des autorités algériennes, affirme de son coté l'agence Reuters. Ainsi, alors que les bruits de bottes se font entendre au Niger , la France ne pourra pas compter sur des frappes aériennes de ses avions en passant par l'Algérie. En effet, l'intervention militaire est imminente et la France doit trouver comment contribuer à cette intervention qui sera lancée par la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao).

Politique Les Algériens, enjeu d'une élection législative sous haute tension en France

La  France qui avait, auparavant, menacé “la junte de mener une opération militaire pour libérer le président Bazoum, s’apprête à mettre ses menaces à exécution” mais devra mettre en place un plan dont l'espace aérien algérien sera exclu. la France va donc devoir défendre ses intérêt au Niger sans compter sur l'Algérie qui a une vision diamétralement opposée.  L'Algérie croit encore à une solution diplomatique négociée et rejette toutes intervention militaire qui ne fera que compliquer la situation au Sahel. La France de son coté a de grands intérêt sécuritaire, mais aussi économique au Niger.  1 500 militaires français  sont toujours présents au Niger. Une preuve de plus de l'investissement sécuritaire de la France dans ce pays qui regorge de ressource naturelle notamment l'uranium qui est exploité par une entreprise française.


Vous aimez cet article ? Partagez !