Fédération algérienne de football : Le successeur de Djahid Zefizef connu

La Fédération algérienne de football (FAF) a publié un communiqué pour rendre compte des activités de la Commission électorale chargée d'étudier les dossiers de candidature à la présidence de l'Instance footballistique nationale. Il ressort que le successeur de Djahid Zefizef est déjà connu, à moins que l'opération de recours arrive à inverser la tendance.

Les recours seront étudiés les 11 et 12 septembre et sauf révolution de dernière minute, c'est l'ancien manager général de l'équipe nationale, Walid Sadi, qui succèdera à Djahid Zefizef à la tête de la FAF, à l'issue de l'Assemblée générale élective (AGE) programmée pour le 21 septembre 2023. Comment en être autrement puisque la Commission électorale de la FAF, présidée par Ali Malek, n'a retenu que la candidature de Walid Sadi parmi les cinq candidatures déposées.

En effet, selon la publication de la Fédération algérienne de football sur son site Internet, la Commission électorale a rejeté quatre candidatures sur les cinq déposées. La même Instance a donné les motifs pour chaque rejet mais sans donner des explications en détail qui permettraient à l'opinion publique sportive de savoir exactement les raisons du rejet.

Sports Le transfert de Mahrez au cœur d'une enquête pénale en France

C'est ainsi que les candidatures de Kaddour Dif et de Abdelkrim Benaïda ont été rejetées parce que leurs dossiers sont non-conformes, notamment le fait que les candidats n'ont pas présenté des listes censées former le bureau fédéral une fois élus. Pour ce qui est du président de la Ligue de football professionnel (LFP), Abdelkrim Medouar, il a vu sa candidature rejetée pour "manque de niveau universitaire et sanction sportive grave".

Présidence de la Fédération algérienne de football : 4 candidatures rejetées

Enfin, c'est le rejet de la candidature d'Ameziane Ighil qui risque de faire polémique puisque la Commission électorale évoque, comme motif de rejet, un "mandatement non-conforme et une sanction sportive grave". Par mandatement non-conforme, l'Instance présidée par Ali Malek fait allusion au fait que l'ancien sélectionneur national soit mandaté par l'Association des Anciens internationaux de football (AAIF) pour briguer la présidence de la FAF. Cependant, la Commission électorale ne donne aucune explication à l'argument de "sanction sportive grave" qu'elle a collé à Ighil et Medouar qui aspiraient à succéder à Djahid Zefizef à la tête de la Fédération algérienne de football.

Il est utile de rappeler que selon le nouveau calendrier électoral, la liste définitive des candidats à la présidence de la Fédération algérienne de football, sera publiée mardi 12 septembre, soit 9 jours avant l'Assemblée générale électorale qui a toutes les chances de devenir une simple formalité pour entériner le plébiscite de Walid Sadi que beaucoup présentent comme un homme de l'ex-président de la FAF, Mohamed Raouraoua. L'ex-homme fort de la Fédération algérienne va-t-il prendre sa revanche après sa mise à l'écart en 2017 ?


Vous aimez cet article ? Partagez !