Les prix du pétrole explosent : Forte demande ou résultats de la stratégie de l'OPEP ?

Les prix du  pétrole ont connu en ce début de semaine une grande flambée. Ils atteignent leurs niveaux d'il y a presque une année quand les cours avaient aussi connu une forte hausse. Les marchés pétroliers ont ainsi réagi au recul de l'offre et à l'augmentation de la demande, et la politique de l'OPEP+ porte ses fruits.

Ce dimanche 17 septembre, le baril de Brent est cédé à 94,27 USD et le brut américain West Texas Intermediate à 91,20 USD. Ils sont à un niveau très élevé et grignotent des dollars de jour en jour. Cette montée des prix est la conséquence de l'insuffisante de l'offre alors que des indicateurs ont donné de bonnes nouvelles quant à la demande en Chine et aux États-Unis.

prix du pétrole, Boursorama, 2023-09-17
Corus du pétrole Brent au 2023-09-17. Source : Boursorama

En effet, en Chine, la production industrielle et les ventes de détail sont ressorties, en août, bien au-dessus des attentes des économistes après un mois de juillet mitigé. Les ventes en détail ont rebondi et confirment le redémarrage de la consommation.

Économie Ministre des Finances : L'Algérie deviendra un pays émergent dans 3 ans à cette condition

Par ailleurs, aux États-Unis, la banque centrale américaine (Fed) a indiqué que la production industrielle avait augmenté de 0,4 % en août sur un mois, soit davantage que le 0,1 % anticipé par les économistes. L'activité manufacturière dans la région de New York s'est nettement redressée en septembre, à 1,9 point contre -19 points en août, alors que les économistes prévoyaient une nouvelle contraction (-10 points).

Dans cette situation économique mondiale, Sophie Lund-Yates, experte à Hargreaves Lansdown, prévoit la continuité de la courbe croissante des prix du pétrole. « Le seuil symbolique des 100 dollars est de nouveau envisagé », estime-t-elle. Mais de leur côté, les analystes de Commerzbank affirment que les prix ne vont pas augmenter plus que leur niveau actuel. « On ne peut pas aller beaucoup plus loin » étant donné que « la demande va ralentir aux États-Unis, car les raffineries vont entamer leurs opérations de maintenance », indiquent-ils. L'expert Edward Moya, quant à lui, affirme que « le marché du pétrole va rester tendu encore un moment, mais il nous faudra sans doute un nouveau catalyseur pour qu'on voie une valeur à trois chiffres ».

Dans cette conjoncture, tout est favorable à une tendance haussière des prix du pétrole. La décision, notamment de l'Arabie saoudite et de la Russie, de diminuer leurs productions a impacté l'offre qui connaît un grand déficit. Déficit qui ne sera pas comblé avant plusieurs mois au moins.


Vous aimez cet article ? Partagez !