Le Maroc et Israël vont présenter un projet en commun à l'ONU : une première

Depuis la normalisation de leurs relations en décembre 2020, le Maroc et Israël ont renforcé leurs liens économiques, leur coopération militaire et ont avancé dans plusieurs domaines en dépit de la situation en Palestine qui ne fait qu'empirer. Le Maroc, en établissant des relations avec Israël, a donné davantage de crédit à cet État qui refuse d'appliquer les résolutions de l'ONU concernant les territoires palestiniens. Le Maroc est même allé plus loin en présentant pour la première fois un projet commun avec Israël à l'ONU.

En effet, selon des médias marocains, Israël et le Maroc devront présenter à l'Assemblée générale de l'ONU un projet de résolution sur la prévention et la lutte contre les pandémies. C'est la première fois que Israël va être en devant de la scène dans cette assemblée pour autre chose que répondre aux accusations de répression des Palestiniens ou pour « se justifier » quant à sa politique de colonisation. Ce pays considéré comme « renégat » en raison de se politique dans les territoires palestiniens occupés est chargé avec le Maroc de présenter un projet d'une grande importance.

Ce projet a été préparé par Gilad Erdan, représentant d’Israël à l’ONU, et son homologue marocain Omar Hilale, toujours selon les médias marocains. Les deux diplomates ont travaillé de concert, pour préparer ladite résolution onusienne avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS). En détail, cette résolution, qui sera présentée devant les chefs d'État et de gouvernements, devra appeler les hauts responsables à une mobilisation politique aux échelons national, régional et international pour prévenir et lutter contre les pandémies. Des pandémies qui posent un défi à l’humanité, surtout que la crise sanitaire due au covid-19 a montré les limites de la préparation des nations devant ce genre de situations.

Politique Entrée sans visa à Ceuta pour les Marocains ?

Israël plus habitué à faire face aux résolutions de l'ONU qu'à les présenter

Il faut souligner qu'Israël est plus habitué à faire face aux résolutions de l'ONU. La dernière en date remonte au début de l'année en cour. L’Assemblée générale des Nations unies avait voté une résolution demandant à la Cour internationale de justice de La Haye, la haute juridiction de l’ONU chargée des différends entre États, de déterminer « les conséquences juridiques de la violation persistante du droit du peuple palestinien à l’autodétermination », ainsi que les mesures « visant à modifier la composition démographique, le caractère et le statut de la ville sainte de Jérusalem ». La résolution avait été adoptée avec 87 voix pour, 26 contre et 53 abstentions.


Vous aimez cet article ? Partagez !