Macron veut exporter du matériel en Algérie et en Tunisie pour lutter contre l'immigration

Le projet de loi sur l'immigration, qui a pour ambition de renforcer la lutte contre l'immigration illégale, mais aussi de créer un titre de séjour pour les métiers en tension, est au cœur des débat en France. Il sera présenté dans quelques semaines devant le parlement alors que les forces politiques restent divisées sur le sujet.

C'est dans ce contexte qu'Emmanuel Macron a abordé la question. Dans son intervention le dimanche 24 septembre aux journaux de 20 heures de TF1 et France 2, le président français a notamment reconnu que le pape François a eu raison d'appeler à « un sursaut contre l'indifférence » face aux migrants. Toutefois, le président français a tenu à prendre le bâton par le milieu en ajoutant que sur ce dossier les Français faisaient leur part. « Nous devons être rigoureux1. Nous ne pouvons pas accepter toute la misère du monde », a-t-il déclaré.

Exporter des experts et du matériel vers la Tunisie et l'Algérie

Emmanuel Macron multiplie ainsi les déclarations destinées à satisfaire les partis de droite. Il lorgne de ce côté en vue de trouver un accord et faire voter le texte de la nouvelle loi sur l'immigration qui sera présentée par Gérald Darmanin, le ministre de l'Intérieur. Le président français veut également impliquer l'Union européenne dans la lutte contre l'immigration clandestine. Pour lui, le cœur de la réponse « n'existe pas en France », mais avec l'Union européenne.

Politique Les Algériens, enjeu d'une élection législative sous haute tension en France

Le président français explique également que la lutte contre cette immigration devrait commencer à la source. « On doit avoir une approche cohérente avec les pays d’origine. Nous devons mieux conditionner notre aide à une politique plus responsable en matière migratoire. On doit  dire : "On vous aide sur des projets économiques, mais vous devez nous aider à démanteler les réseaux qui conduisent ces gens à quitter leur pays" », a-t-il aussi suggéré. Et comme l'a fait l'Union européenne avec la Tunisie2, Emmanuel Macron a exprimé sa volonté de travailler avec ces pays de départs des migrants : « Je veux qu’on exporte des experts et du matériel en Tunisie et en Algérie pour démanteler ces réseaux ».


  1. Macron veut réduire significativement l'immigration, 24 août 2023, ObservAlgérie 

  2. La Tunisie reçoit 105 millions d'euros d'aides pour jouer au gendarme et stopper l'immigration clandestine, 17 juillet 2023, ObservAlgérie 


Vous aimez cet article ? Partagez !