Hydrocarbures : Sonatrach en négociations avec la NOC pour reprendre ses activités en Libye

Annoncée déjà en août, la reprise des activités du groupe pétrolier algérien Sonatrach en Libye ne s'est pas encore concrétisée. En effet, le 3 août, la Compagnie nationale libyenne de pétrole, National Oil Corporation (NOC), a annoncé que 3 grandes compagnies pétrolières mondiales, dont l'Algérienne Sonatrach, ont décidé de reprendre leurs activités de prospection et de production d'hydrocarbures en Libye. Toutefois, presque 3 mois après cette annonce, la Sonatrach n'a pas encore repris ses activités dans ce pays.

Cette reprise est cependant imminente si on s'en tient au communiqué du géant algérien des hydrocarbures. La Sonatrach a, en effet, annoncé dans un communiqué publié, lundi 30 octobre, qu'elle tiendra le 7 novembre à Tripoli une réunion avec la compagnie libyenne NOC, en vue de formaliser la reprise de son activité en Libye. Le communiqué de l'entreprise algérienne ajoute que cette réunion a été décidée lors d'un entretien téléphonique entre le PDG de Sonatrach, Rachid Hachichi, et le président du Conseil d'administration de la NOC, Farhat Omar Ben Guedara, au sujet de la reprise des activités de la compagnie algérienne en Libye.

Sonatrach parmi 3 compagnies sollicitées par les Libyens

La Sonatrach répond donc officiellement aux sollicitations de la compagnie libyenne en affirmant que suite à l'appel téléphonique entre les deux responsables, « les deux parties ont convenu d'organiser une réunion de haut niveau le 7 novembre 2023 à Tripoli, dans le but de formaliser le processus de reprise de l'exécution des obligations contractuelles du groupe Sonatrach concernant l'exploration dans les blocs 065 et 96/95 situés dans le bassin de Ghadamès», indique la compagnie algérienne en ajoutant qu'il a été également convenu de discuter des moyens de promouvoir le partenariat bilatéral et de renforcer les relations de coopération entre les deux compagnies.

Économie L'Algérie signe un contrat historique pour son projet solaire

Il faut rappeler qu'en plus de la Sonatrach, la compagnie libyenne NOC avait invité au début du mois d'août , le groupe italien ENI et le britannique British Petroleum pour reprendre leurs activités en Libye. Soulignons que la compagnie nationale des hydrocarbures avait suspendu ses activités en Libye une première fois en 2011 au déclenchement de la révolte populaire contre le régime de Mouammar Khadafi, puis en 2018 après une timide reprise principalement à Ghadamès. Dans cette région située à la frontière avec l'Algérie et la Tunisie, le groupe pétrolier algérien avait terminé en 2018 le forage de 7 puits avant d'évacuer son personnel et ses équipements vers l'Algérie.


Vous aimez cet article ? Partagez !