Hydrocarbures : Sonatrach reprend ses activités en Libye

Le groupe pétrolier algérien Sonatrach reprend ses activités en Libye après des retraits successifs de ce pays en raison de la situation sécuritaire y prévalent depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011. L'annonce a été faite jeudi par la compagnie pétrolière libyenne partenaire du groupe Sonatrach.

La Compagnie nationale libyenne de pétrole, National Oil Corporation (NOC), a annoncé le jeudi 3 août que 3 grandes compagnies pétrolières mondiales, dont l'algérienne Sonatrach, ont décidé de reprendre leurs activités de prospection et de production d'hydrocarbures en Libye. En plus de la Sonatrach, le groupe italien ENI et le britannique British Petrolium ont également repris leurs activités en Libye, rapporte le site tunisien Tunisie Numérique, citant la compagnie pétrolière libyenne.

La décision de Sonatrach de reprendre ses activités en Libye est une réponse à la demande la compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC). Selon cette dernière, Sonatrach a levé « l'état de force majeure pour les blocs 065 et 96/95 » pour reprendre les activités d'exploration dans le champ situé dans le bassin de Ghadames situé au sud-ouest de la Libye, riche en hydrocarbures (pétrole et gaz).

Économie L'Algérie signe un contrat historique pour son projet solaire

Pour rappel, Sonatrach avait suspendu ses activités en Libye une première fois en 2011 au déclenchement de la révolte populaire contre le régime de Mouammar Khadafi, puis en 2018 après une timide reprise principalement à Ghadames. Dans cette région située à la frontière avec l'Algérie et la Tunisie, le groupe pétrolier algérien avait terminé en 2018 le forage de 7 puits avant d'évacuer son personnel et ses équipements vers l'Algérie.

Sonatrach répond aux demandes de ses partenaires libyens

En novembre 2021, Sonatrach a participé au sommet libyen sur l'énergie l'économie, organisé à Tripoli. Plusieurs compagnies pétrolières et énergétiques ont pris part à cet événement durant lequel les autorités libyennes ont présenté des projets d'investissement dans le secteur de l'énergie conventionnelle et alternative dans le but d'augmenter la production. À l'époque, Sonatrach a annoncé sa volonté de reprendre ses activités en Libye.

En janvier 2022, le PDG de Sonatrach, Toufik Hakkar, a confirmé que la société s'apprêtait à reprendre ses projets pétroliers en suspens en Libye. Dans une déclaration à la chaîne algérienne AL24 News, Hakkar, qui a annoncé un plan d'investissement de près de 40 milliards de dollars pendant la période 2022-2026, a fait savoir que « Sonatrach œuvre avec ses partenaires libyens à la réunion des conditions de retour en vue de sécuriser les travailleurs et les équipements », révélant l'organisation, avant la fin février, de visites pour négocier le retour de Sonatrach en Libye.

En effet, le 10 février 2022, Sonatrach et la Libyan National Oil Corporation (NOC) ont signé à Tripoli un protocole d'accord pour renforcer le partenariat dans les secteurs pétrolier et gazier. « Le mémorandum vise la reprise des activités de Sonatrach en Libye afin de remplir ses obligations contractuelles et commencer à développer les champs découverts. Cet accord permettra également de renforcer la coopération dans les domaines de la réalisation de projets pétroliers et gaziers, ainsi que des services, de l'apprentissage et de la formation », indiquait Sonatrach dans un communiqué publié sur sa page Facebook.

Économie L'Algérie s'apprête à exporter de l'électricité vers l'Europe via un câble sous-marin


Vous aimez cet article ? Partagez !