Chute des prix du pétrole : les accusations de l'Arabie Saoudite

Les marchés pétroliers sont entrés dans une nouvelle phase d'instabilité. Les prix du pétrole fluctuent considérablement ces derniers jours. Ils sont dans une période de chute importante. Ce recul des prix après une hausse due au conflit au Proche-Orient est expliqué par la morosité de l'économie mondiale et les doutes sur la demande pétrolière.  

En effet, pour de nombreux analystes, l'économie mondiale va mal. Les grandes puissances consommatrices du pétrole n'arrivent pas à sortir de l'engrenage du recul de la croissance. Il s'agit notamment de l'économie chinoise et de la zone euro. Les doutes sur ces économies ont fait chuter les prix du pétrole qui ont atteint leur plus bas niveau depuis plusieurs mois. Ce samedi 11 novembre, le baril de Brent, référence du pétrole algérien, est cédé à 81,70 USD et le brut américain West Texas Intermediate est passé en dessous des 80 dollars pour la première fois depuis plusieurs mois. Il est cédé à 77,35 USD. 

Toutefois, pour l'Arabie Saoudite, les raisons de cette chute ne sont pas économiques ni géopolitiques. Le ministre de l’Énergie du royaume, le prince Abdelaziz Ben Salmane estime que ce sont « les spéculateurs pétroliers qui sont à l’origine de la baisse la plus récente des prix du pétrole ». « La demande de pétrole est robuste » niant ainsi catégoriquement une quelconque tendance à la baisse.

Économie Ministre des Finances : L'Algérie deviendra un pays émergent dans 3 ans à cette condition

Chute des prix du pétrole : Les spéculateurs pointés du doigt

« La demande ne faiblit absolument pas. Les échos rapportés par certains sur une prétendue baisse ne sont que stratagèmes », martèle ce ministre. Il remet donc en cause les analyses de plusieurs experts qui se sont exprimées sur le sujet. Toutefois, il faut dire que les prix du pétrole dépendent également des informations qui circulent sur la situation économique mondiale. Ainsi, il suffit d'une "rumeur" sur une quelconque récession pour que les investisseurs fuient ce secteur.

Ben Salmane indique également que certaines lectures concernant l’augmentation des exportations de pétrole des pays membres de l’OPEP au cours des derniers mois sont erronées. Ces hausses « sont saisonnières et ont tendance à baisser en été, avant de remonter en septembre et octobre. Mais cela ne doit pas être interprété à tort comme une production fluctuante », explique donc le prince saoudien qui ajoute qu'il s'agit là d’un « abus de chiffres ».


Vous aimez cet article ? Partagez !