Tentative d'assassinat d'un haut responsable espagnol : la piste marocaine privilégiée

Drapeaux du Maroc et de l'Espagne

Un haut responsable politique espagnol a fait l'objet, jeudi 9 novembre, d'une tentative d'assassinat, devant son domicile à Madrid. Il s'agit d'Alejo Vidal-Quadras, l'ancien président du Parti populaire et fondateur du parti Vox qui a été la cible d'un attentat par balles, rapporte le média espagnol Ok Diario qui cite des sources policières.

Selon les comptes rendus de la presse espagnole, Alejo Vidal-Quadras a reçu une balle au moment où il sortait de chez lui, rue Nunez de Balboa, dans le centre-ville de Madrid. L'assaillant portait un casque pour qu'il ne soit pas identifié. Il est arrivé à pied et lui a tiré dessus et a pris la fuite aussitôt à bord d'une moto que conduisait une femme complice.

Les premiers éléments de l'enquête encouragent les policiers espagnols à privilégier la piste marocaine, ou "un groupe marocain ayant des intérêts géopolitiques en Espagne", comme l'ont affirmé des sources policières à Ok Diario. En fait, les enquêteurs privilégient la piste marocaine, même si l'homme politique de 78 ans avait soupçonné les Iraniens en raison de ses relations avec l'opposition iranienne. Une hypothèse très vite écartée après consultation de différents services de renseignements, les enquêteurs espagnols préférant concentrer leurs investigations sur un réseau marocain qui a intérêt à influencer la politique intérieure de l'Espagne.

Les enquêteurs soupçonnent des Marocains voulant influencer la politique intérieure espagnole

Alejo Vidal-Quadras a été hospitalisé et son pronostic vital n'est pas engagé, selon les mêmes sources qui citent des observateurs s'interrogeant sur les raisons  du choix de ce retraité de la politique de 78 ans alors que les auteurs de cet attentat et leurs commanditaires auraient pu cibler des hommes politiques encore actifs s'ils voulaient vraiment influencer la vie politique espagnole.

Selon les policiers espagnols en charge de l'enquête, Alejo Vidal-Quadras est une figure emblématique et son assassinat aurait pu avoir un plus grand impact. Mais les commanditaires de cet attentat terroriste ne voulaient pas cibler un homme politique en activité car cela aurait conduit à une grave crise avec des conséquences difficiles à contrôler.

Retour en haut
Share via
Copy link