Ils ont tenté de rejoindre l'Espagne à la nage : 3 harraga algériens expulsés du Maroc

Des milliers de Marocains envahissent l'enclave espagnole de Ceuta

Des milliers d'Algériens de tout âge et condition sociale tentent de rejoindre les côtes européennes en tant que harraga via la Méditerranée à bord d'embarcations de fortune, non sans payer le prix fort et parfois au péril de leur vie. Mais l'histoire de ces 3 jeunes harraga algériens qui ont tenté d'atteindre l'Espagne à la nage est peu ordinaire.

C'est une aventure pas comme les autres que 3 jeunes Algériens ont vécue le 14 novembre dernier. Ce jour-là, Khaldoune, Oualid et Wassim ont tenté de rejoindre l'Espagne et plus précisément l'enclave de Ceuta à la nage, et ce, depuis la ville marocaine de Fnideq. Alors qu'ils étaient sur le point d'arriver à Ceuta après avoir parcouru une dizaine de kilomètres à la nage, séparant l'enclave espagnole de la ville marocaine, les 3 jeunes Algériens ont fin par se faire repérer par les éléments de la garde civile espagnole.

Dans un témoignage au journal local El Faro de Ceuta, le jeune Wassim, étudiant en journalisme, affirme qu'il a pris la décision de rejoindre l'Espagne en harraga afin de fuir ce qu'il qualifie de « misère sociale » en Algérie. Il explique qu'il ne connaît pas ses deux autres compagnons et que tous les trois avaient l'intention de demander l'asile politique une fois arrivés en Espagne. Mais ils ont fini par se faire arrêter en pleine mer par la garde civile espagnole.

Les 3 harraga ont été expulsés du Maroc vers l'Algérie, en passant par la Tunisie

Selon la même source, les 3 jeunes harraga ont été secourus par un bateau de la garde civile et ils se sont identifiés comme Algériens en présentant leurs papiers. Alors qu'ils devaient être soignés par la Croix rouge espagnole, les trois jeunes Algériens ont fini par se faire arrêter par la police et diriger vers les hangars installés par le ministère espagnol de l'Intérieur à la frontière de Ceuta pour y accueillir les migrants clandestins.

Après cinq heures d'attente dans ces hangars, les 3 harraga ont fini par se faire refouler vers le Maroc. Ils ont été par la suite expulsés par avion vers l'Algérie en passant par la Tunisie. Les trois malheureux comptent saisir les instances internationales afin de dénoncer leur expulsion depuis l'Espagne. « Où sont les droits de l'Homme ? », se demandent-ils. « Quand nous sommes arrivés en Algérie, nous n'y croyions pas. Nous voulons présenter un dossier aux Nations Unies », explique Oualid au journal El Faro de Ceuta.

Retour en haut
Share via
Copy link