Mon deuxième prénom, c'est Moussa : Gérald Darmanin répond à Eric Zemmour

La conjoncture en France est très compliquée pour ceux qui portent un prénom d'origine étrangère, y compris le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin. Le meurtre du jeune Thomas, âgé de 16 ans, dans la nuit du 18 au 19 novembre est révélateur de la stigmatisation de toute une communauté. En effet, le nom du supposé meurtrier a suffi à l'extrême droite pour lancer une nouvelle campagne haineuse contre les immigrés venant d'Afrique du Nord.

En effet, le principal accusé dans l'affaire s'appelle Chaïd A. Il est âgé de 20 ans. Il a été "formellement désigné comme auteur du coup de couteau mortel", selon le procureur de la République de Valence, Laurent de Caigny. Chaïd A est de nationalité française et domicilié à Romans-sur-Isère. Il est né et a suivi ses études en France. Toutefois, son prénom a été suffisant pour déclencher une campagne de l'extrême droite qui le qualifie d'étranger "musulman". D'ailleurs, ce courant politique a même organisé un rassemblement dans le quartier. Plusieurs dizaines de militants de la mouvance identitaire se sont rassemblés dans la ville où vivent certains des suspects poursuivis dans le cadre de l’enquête sur la mort de Thomas à Crépol.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a réagi à ces rassemblements, lundi 27 novembre, en demandant aux services de l’Etat de faire preuve d’« une fermeté systématique (…) dès la naissance d’un trouble ».

Gérald Darmanin fier de ses origines

Cette affaire a été une aubaine pour l'extrême droite qui l'instrumentalise pour s'attaquer à l'immigration. Eric Zemmour, le patron de Reconquête, est allé encore plus loin en affirmant, vendredi 24 novembre, sur la plateforme X que "Gérald Darmanin a voulu cacher ces noms. Chacun comprendra pourquoi. Le peuple français est un peuple lucide". Ce poste a été suffisant pour faire réagir le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin qui a considéré les propos du promoteur de la théorie du grand remplacement comme "une insulte raciste personnelle".

Gérald Darmanin, invité de la matinale de France Inter, ce mardi 28 novembre, déclare : "Vous savez pourquoi il le dit. Mon deuxième prénom, c'est Moussa. Je suis petit-fils de combattants français qui viennent d'Algérie. Il ne le fait pas par hasard". "Moi, je m'enorgueillis d'avoir un deuxième prénom qui est Moussa. Mes deux grands-pères viennent de l'autre côté de la Méditerranée. Pourtant, je pense être patriote, profondément Français, et ils ont fait un petit-fils qui sert la République", a-t-il ajouté en réponse à Eric Zemmour. Concernant le fait de ne pas avoir communiqué les noms des supposés agresseurs de Thomas, le ministre souligne que ce n'est pas lui qui donne ces informations. "Ce n'est pas moi, jamais et en aucun cas, qui donne les prénoms, les noms et adresses des personnes. C'est le Procureur de la République", indique donc Gérald Darmanin.

Retour en haut
Share via
Copy link