Quand des avions de chasse algériens et tunisiens interceptent un ravitailleur français

DZ Algerian Sukhoï Su-30MKA Flanker-C

Certains auraient pu suivre la scène. Celle de chasseurs algériens et tunisiens en train de poursuivre et d'intercepter un ravitailleur de l'armée française qui a réalisé une approche dangereuse des espaces aériens des deux pays nord-africains. Mais heureusement que la scène n'a pas été vue par les citoyens lambdas sinon, la panique aurait pris toute la rive sud de la Méditerranée. Et pour cause, ce n'était qu'un exercice conjoint qui a eu lieu cette semaine dans le ciel méditerranéen.

En effet, des avions de chasse appartenant aux armées algérienne et tunisienne se sont entraînées cette semaine à intercepter et identifier un avion hostile dont le rôle a été joué par un appareil de l'Armée de l'air et de l'espace (France). L'exercice s'appelle Circaète, du nom d'un célèbre oiseau rapace, et il engage un avion ravitailleur Airbus DS A330 MRTT Phénix, appartenant à l'Armée française qui joue le rôle du méchant.

Il importe de relever que cet exercice militaire aérien s'inscrit dans un vaste plan de sécurité aérienne appelée "5+5 Défense". Et ce dernier, à son tour, entre dans le cadre de l'Organisation méditerranéenne 5+5 qui regroupe 10 pays de l'ouest de la Méditerranée, 5 européens et 5 africains. La situation quasi-chaotique de la Libye n'a pas permis à ce pays de participer à cet exercice et seules l'Italie et l'Espagne ont pu y prendre part, par le biais de l'Aeronautica Militare et l'Ejercito del Aire y del Espacio.

Exercice militaire utile pour toutes les armées participantes

Les trois armées européennes (France, Italie et Espagne) sont habituées à s'entraîner ensemble dans le cadre de l'OTAN, mais ce n'est pas le cas des forces armées algériennes et tunisiennes. Cette fois, ce n'est pas le cas et les Algériens et les Tunisiens étaient dedans. L'Airbus A330 MRTT Phénix a été intercepté par une patrouille de Sukhoï Su-30MKA Flanker-C de l'Armée algérienne et des par des appareils de l'Armée tunisienne, un monoplace Northrop F-5E Tiger II et un biplace de transformation opérationnelle F-5E1. Un exercice très utile, surtout que l'Airbus de l'Armée française est un modèle très répandu dans les monde, donc susceptible d'être rencontré lors de missions réelles.

Il faut dire que cet exercice militaire auquel ont participé 5 pays de l'ouest de la Méditerranée (Algérie, Tunisie, Italie, France, Espagne) permettra aux pilotes et autres équipages des appareils ayant participé de se "nourrir" les uns les autres, notamment avec un retour d'expérience essentiel pour connaître les différentes procédures d'interception. Différentes procédures pour les militaires algériens et tunisiens, mais la procédure est la même pour les trois pays armées européennes, membres de l'OTAN.


  1. Quand les chasses de l'Algérie et de la Tunisie interceptent un A330 MRTT Phénix français, 2 décembre 2023, Avions Légendaires 

Retour en haut
Share via
Copy link