Une Kabyle mère de famille tuée à coups de couteau par son fils à Drancy

Roza, Algérienne originaire de Kabylie. Victime d'un meurtre à Drancy (France)

Un effroyable drame a eu lieu dans la nuit du lundi 4 décembre à Drancy, en Seine-Saint-Denis. Une mère de famille algérienne a été sauvagement tuée à coups de couteau par son fils dans le pavillon familial. La victime, Roza, mère de 4 enfants, est originaire de Kabylie tout comme son mari, avec lequel elle était divorcée.

L’affaire du meurtre de cette mère de famille a fait la Une des médias français qui, comme à leur habitude, n'ont pas précisé l’identité de la victime et de son présumé meurtrier. Il aura fallu attendre 48 heures après le drame pour que l’on découvre que la victime est une ressortissante algérienne, et ce, à travers un article publié dans la soirée du 6 décembre par le Le Parisien1.

L'Algérienne Roza a succombé à ses blessures à l'hôpital

Le drame a eu lieu dans la nuit du lundi 4 décembre dans un pavillon familial situé à Drancy, en Seine-Saint-Denis. Aux alentours d'une heure du matin, les policiers ont été appelés par un adolescent de 14 ans qui se trouvait au domicile « pour un différend familial important dont l’une des parties en cause serait porteuse d’un couteau », indique une source policière. À leur arrivée, ils ont découvert une femme inconsciente et blessée.

La victime, en arrêt cardio-respiratoire, a été prise en charge, mais est décédée peu après 2 h du matin, malgré l'intervention des secours. Elle était âgée de 55 ans, confirme le parquet de Bobigny. Selon la même source policière, « le mis en cause, fils de la défunte, a été placé en garde à vue » et hospitalisé sans pronostic vital engagé « sous escorte policière ». Le couteau a été « récupéré et placé sous scellé pour les besoins de l'enquête », précise la même source.

Une femme victime de violences conjugales de la part de son mari algérien

La victime est une ressortissante algérienne. Victime de violence de la part de son mari, elle avait obtenu le divorce en 2020 ainsi que la garde de son dernier enfant, âgé de 14 ans. La mère de famille algérienne a connu son mari en 1991 dans leur Kabylie natale, rapporte Le Parisien. Quand elle le rejoint en France en 1991, son mari est occupé par ses commerces dans la restauration. Selon l’avocate de la victime, dès 1995, « elle avait déjà en tête l’idée de divorcer ».

« Elle n’a jamais été tranquille. Elle a subi nombreuses formes de violence. Même après la séparation en 2014, elles ont continué », ajoute Maître Azougach, l'avocate qui accompagnait Roza depuis 6 ans dans son divorce. La victime avait dénoncé les violences de son mari dans plusieurs plaintes. Il avait été condamné en décembre 2016 par le tribunal correctionnel de Bobigny.

Le présumé fils meurtrier a fréquenté une grande école de commerce

La victime est mère de 4 garçons. Les 3 plus grands, déjà majeurs, font des aller-retour entre la maison familiale où est restée leur mère à Drancy et le nouveau domicile du père. Nassim, 27 ans et présumé meurtrier de Roza, a étudié dans une grande école de commerce. « Mais quand ça n’allait pas avec le père, ils revenaient chez la maman », indique l’avocate.

À la suite de ce parricide, une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis. Le fils de la victime a été placé en garde à vue. Une « veillée funèbre » a eu lieu en fin de journée du mardi 5 décembre 2023. Dans le voisinage, les habitants ont été particulièrement choqués par la mort de l'Algérienne. « Être tuée par son propre fils, c’est terrible », a réagi une voisine de la victime dans les colonnes du Parisien.


  1. Mère tuée par son fils à Drancy : « Roza n’a jamais été tranquille », 6 décembre 2023, Le Parisien 

Retour en haut
Share via
Copy link