Les déboires de Rayan Cherki tracent-ils son chemin vers l'équipe d'Algérie ?

Rayan Cherki, avec le maillot de l'Olympique lyonnais

L'Olympique lyonnais occupe la 20e place de la Ligue 1, et ce, après 14 journées et un dernier match contre l'O. Marseille qui a mis le jeune Rayan Cherki, dans l'œil du cyclone des dirigeants des Gones mais aussi de divers techniciens et autres observateurs. En d'autres termes, Rayan Cherki semble décevoir et la direction de l'OL pense déjà à le libérer dès le mercato hivernal.

Les médias français qui suivent les turpitudes du club rhodanien n'ont pas manqué de rendre compte de l'attaque violente du journaliste-chroniqueur de RMC Sport, Daniel Riolo, qui a profité de l'émission After Foot pour lancer une grosse charge contre Rayan Cherki, après sa nouvelle performance décevante. "Le pire, ce que fait Cherki, c’est cataclysmique. Cherki ne doit plus remettre les pieds dans cette équipe. Cherki, ce n’est même pas la moitié du cerveau de Ben Arfa. Je pense qu’il a le niveau CP, Cherki. Ce n’est pas possible de faire ce qu’il fait, de réclamer ces espèces de fautes. Le mec, il a tout le temps les bras levés, c’est un ventilateur", s'est emporté le journaliste sans aucune retenue.

L'on sentait clairement que le manque de performance de Rayan Cherki a permis la convergence de tous ceux qui ne le portent pas dans leurs cœurs. L'occasion idéale pour s'attaquer au joueur franco-algérien, alors que la situation peu reluisante de l'Olympique de Lyon n'est pas le résultat des seules prestations de Rayan Cherki. Il s'agit bien des prestations de toute l'équipe et surtout de la gestion des dirigeants du club. Mais beaucoup préfèrent s'acharner sur le jeune joueur de 20 ans, que tout le monde considérait comme une future star, il y a à peine six mois.

Rayan Cherki ciblé pour son intention de porter le maillot de l'Algérie ?

Mais ces déboires de Rayan Cherki dans le club qui a formé aussi les néo-internationaux algériens, Houssem Aouar et Amine Gouiri, pourraient s'expliquer par son statut de Franco-Algérien susceptible d'opter pour l'équipe d'Algérie. Il se dit même dans le microcosme médiatico-footballistique français que le jeune milieu offensif aurait déjà fait son choix sur son avenir international et qu'il compte rendre publique sa décision à la fin de la CAN 2023 en Côte d'Ivoire. Selon ces "indiscrétions", Cherki ne compterait même plus attendre les Jeux olympiques JO 2024) de Paris pour rallier l'équipe d'Algérie.

L'on connaît la pression que les dirigeants du football français font subir aux jeunes joueurs tentés par choisir une autre nationalité sportive que celle qui les mènerait vers l'équipe de France. Mais c'est la première fois qu'un joueur binational subit un acharnement médiatique aussi violent que celui subi cette semaine par Rayan Cherki. De nombreux supporters algériens soupçonnent la volonté du joueur de porter le maillot de l'équipe d'Algérie, comme ses deux anciens coéquipiers, Houssem Aouar et Amine Gouiri, et expliquent les attaques contre lui par cette perspective.

Le Franco-Algérien pourrait changer de club et de nationalité sportive dès janvier 2024

Il faut dire que Rayan Cherki ne s'est pas encore prononcé, ni sur les attaques, ni sur sa carrière internationale. Ce qui est logique dans la mesure où il a une certaine obligation de réserve, tant qu'il est à Lyon, mais les Gones semblent décidés à le vendre dès janvier au prix de 20 millions d'euros. Et ce n'est pas les prétendants qui manquent puisque des cadors européens ont déjà montré leur intérêt pour le jeune Franco-Algérien, que ce soit en Italie ou en Angleterre. Selon Foot Mercato, en plus du PSG en Ligue1 Uber Eats, deux clubs de Premier League le convoitent depuis quelques mois déjà, à savoir Chelsea et West Ham United. Mais selon d'autres sources, même en Série A, Cherki est suivi par la Juventus et l'AC Milan.

Cela n'a pas échappé aux supporters algériens dont beaucoup croient dur comme fer que si Rayan Cherki quitte la Ligue 1 française, il va progresser et ne manquera pas de choisir l'équipe d'Algérie pour sa carrière internationale. Et la Fédération algérienne de football (FAF) et le sélectionneur national Djamel Belmadi pourraient profiter de cette aubaine pour l'assurer de leur soutien et le convaincre dès la fin de la CAN ivoirienne de porter le maillot des Fennecs. Ce sera de bonne guerre, dans ce cas.

Retour en haut
Share via
Copy link