Pétrole: les prix remontent, l'OPEP prévoit une hausse de la demande

Baril de pétrole - OPEP - Prix - Hydrocarbures - Algérie

Après plusieurs jours de chute, les prix du pétrole commencent à remonter la pente. En effet, les prix du pétrole ont été positivement impactés, par la dernière décision de politique monétaire de la Fed, qui laisse entrevoir aux marchés la possibilité de baisse des taux dès l'an prochain. Les prix ont également bénéficié des annonces sur les prévisions de la hausse de la demande dans les prochaines semaines.

Ce samedi 16 décembre, les prix du pétrole ont gagné plusieurs dollars. Le Brent, référence du pétrole algérien, se négocie à  76,95  USD. De son côté, le brut américain West Texas Intermediate est cédé à 71,79 USD. Les prix remontent donc après une semaine catastrophique pour l'or noir. Ils ont "bénéficié d'un soutien bien nécessaire, s'apprêtant à mettre fin à une série de sept semaines de baisse", portés par la Réserve fédérale américaine (Fed) et les "prévisions du marché concernant un changement de politique en 2024", explique Han Tan, analyste chez Exinity.

L'AIE rejoint l'OPEP dans ses prévisions sur la production de pétrole

C'est dans ce contexte que l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) a maintenu ses prévisions de croissance de la demande de pétrole pour cette année et l’année prochaine dans son rapport mensuel du mois de décembre. Ainsi, pour cette organisation, la chute des prix du pétrole serait due aux « inquiétudes exagérées concernant la croissance de la demande de pétrole ». L'OPEP maintient donc ces prévisions à 2,5 millions de barils par jour (b/j). Elle prévoit également  « une croissance économique mondiale de 2,9% cette année et de 2,6% pour l’année 2024 ».

« La demande de pétrole devrait être soutenue par une croissance résiliente du PIB mondial, dans un contexte d’amélioration continue de l’activité économique en Chine » pour la fin de l'année, affirme l'organisation qui indique que « l'amélioration continue de l’activité économique, la stabilité des activités manufacturières et des transports, principalement en Chine, dans d’autres pays d’Asie et au Moyen-Orient, ainsi qu’en Inde et en Amérique latine, devraient représenter l’essentiel de la consommation de pétrole ».

Par ailleurs, l'OPEP souligne que « la croissance économique observée au cours des trois premiers trimestres de cette année, dans la plupart des économies-clés, a été meilleure que prévu ». Les prévisions de l'OPEP ont été confirmées, une fois n'est pas coutume, par l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui a revu à la hausse ses prévisions concernant la demande de pétrole pour l’année prochaine. Cette hausse atteindra 130.000 b/j par rapport à ses prévisions précédentes, indique cette agence.

Retour en haut
Share via
Copy link