Pétrole : les prix remontent, mais Goldman Sachs abaisse ses prévisions pour 2024

Pétrole

Après plusieurs jours de baisse, les prix du pétrole commencent à remonter en ce dernier mois de l'année. L'or noir grignote quelques dollars après deux séances de hausse. Ils sont impactés par la dernière décision de politique monétaire de la Fed, qui laisse entrevoir aux marchés la possibilité de baisse des taux dès l'an prochain.

Ce lundi 18 décembre, les prix du pétrole ont gagné plusieurs dollars. Le Brent, référence du pétrole algérien, se négocie à 77,20 USD. De son côté, le brut américain West Texas Intermediate est cédé à 72,35 USD. Une très bonne nouvelle pour les pays producteurs après les journées sombres que les marchés ont traversées. La situation des marchés pétroliers a poussé la banque Goldman Sachs à revoir ses prévisions. L'institution a, en effet, abaissé de 10 dollars ses prévisions sur l'évolution des cours du pétrole Brent pour 2024.

Pour Goldman Sachs, les cours du pétrole pour l'année 2024 devraient se situer entre 70 et 90 dollars le baril, en raison notamment d'une forte production aux Etats-Unis qui devrait tempérer une éventuelle hausse des prix. "Nous prévoyons toujours une fourchette de prix et une volatilité modérée des cours en 2024. La capacité élevée de réserve pour soutenir le choc d'un resserrement de l'offre devrait limiter les mouvements à la hausse des prix", écrivent donc les analystes de la banque américaine d'investissement. Plus en détail, cette institution financière prévoit à ce que le Brent atteigne un pic de 85 dollars le baril en juin 2024, et une moyenne de 80/81 dollars en 2024/2025, contre un sommet précédemment estimé à 92 dollars.

Goldman Sachs rejoint JP Morgan dans ses prévisions sur les prix du pétrole

Par ailleurs, cette banque indique que la décision de l'OPEP de réduire son offre, la reprise en Chine, la reconstitution des stocks aux Etats-Unis et la menace modérée d'une récession économique devraient également limiter le risque de baisse des cours du pétrole.

"Il est peu probable que l'Arabie saoudite 'inonde' le marché en 2024", écrivent encore les analystes de Goldman Sachs, en prévoyant  "une prorogation des programmes de réduction de l'OPEP+ annoncés en avril 2023 jusqu'en 2025, et du paquet supplémentaire jusqu'au deuxième trimestre de 2024". L'institution financière américaine rejoint ainsi la banque JP Morgan qui a également revu ses prévisions, pour les prix du pétrole pour les deux années à venir. Elle prévoit, en effet, un prix moyen du Brent de 83 dollars le baril en 2024 et de 75 dollars en 2025.

Retour en haut
Share via
Copy link