Les marchandises transitant par les ports du Maroc refusées en Algérie

Drapeaux du Maroc et de l'Algérie

La crise multidimensionnelle entre l’Algérie et le Maroc ne semble pas vouloir prendre un chemin vers sa résolution. Les deux pays dont les relations diplomatiques sont rompues depuis une trentaine de mois, sont toujours en crise. Les échanges entre l'Algérie et le Maroc sont, en effet, gelés sur tous les plans.

C'est dans cette conjoncture de crise que l'Algérie a pris une nouvelle décision en rapport avec le commerce international. En effet, l'Algérie ne veut plus de marchandises transitant par des ports marocains. Cette décision a été communiquée par le groupe des services portuaires Serport qui a instruit les entreprises portuaires à ce sujet.

« En applications des instructions émanant du groupe Serport, il vous est demandé de prendre les dispositions nécessaires à l’effet d’informer les armateurs que les marchandises destinées à l’Algérie en provenance des ports étrangers sont admises sur le territoire national, à l’exception de celles ayant fait l’objet de transbordement/transit par les ports marocains », pouvons-nous lire sur la note de l’Entreprise du Port d’Oran, adressée, mercredi 17 janvier, aux agents consignataires.

L'Algérie décidé d'une nouvelle sanction contre le Maroc

Cette nouvelle instruction intervient après celle de la note de l’Association des banques et établissements financiers (ABEF) adressée, mercredi 10 janvier, aux banques et également aux opérateurs économiques. Cette note relative aux opérations de domiciliation pour les contrats de transport qui prévoient le transbordement/transit par les ports marocains stipule que « dans le cadre des opérations de commerce extérieur, il a été décidé de refuser toute opération de domiciliation, pour les contrats de transport qui prévoient le transbordement/transit par les ports marocains ». L'ABEF souligne dans son document qu' »avant toute domiciliation, il y a lieu d’inviter vos services concernés, à l’effet, de s’assurer auprès des opérateurs économiques, que le transbordement/transit n’intervient pas par les ports marocains ».

L'Algérie a donc décidé de nouvelles sanctions contre le Maroc. Rappelons que depuis le mois d'août 2021, l'Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en raison d' « actes hostiles ». L'Algérie a également fermé son espace aérien aux avions marocains et n'a pas renouvelé son contrat avec le Maroc concernant le Gazoduc Maghreb Europe (GME), le pipeline qui transportait le gaz algérien vers l'Espagne via le Maroc.

Retour en haut
Share via
Copy link