L'Algérie recherche une solution rapide à la crise avec le Maroc

La crise multidimensionnelle entre l’Algérie et le Maroc sera-t-elle définitivement résolue ? C’est la question que se posent de nombreux observateurs au regard de la dernière sortie du ministre algérien des Affaires étrangères. En effet, dans un entretien à la chaîne d’information Al Jazeera, le ministre algérien, Ahmed Attaf, a affirmé que l’Algérie était « plus portée sur la recherche d’une solution rapide » avec le Maroc.

Entre l’Algérie et le Maroc, la crise est à son paroxysme. Les relations entre l'Algérie et le Maroc ont toujours été jonchées de conflits et de tensions depuis leur accession à l’indépendance après la colonisation française. La relation entre les deux pays voisins s’est encore exacerbée, avec la décision de l’Algérie de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc, en août 2021, sur fond du rapprochement entre le Maroc et Israël et du conflit au Sahara Occidental.

Depuis cette décision des autorités algériennes à l’égard de leurs voisins de l’Ouest, les relations entre les deux Etats ont empiré avec notamment la rupture de la coopération bilatérale à tous les niveaux. L’Algérie avait décidé en effet d’interdire le survol de son espace aérien aux avions marocains ainsi que la fermeture du gazoduc reliant l’Algérie à l’Europe via le Maroc. Cependant, la libre circulation des personnes entre les deux pays est toujours en vigueur puisque les Algériens et les Marocains peuvent toujours voyager entre les deux pays sans visa.

C’est d’ailleurs le volet humain et le passé historique commun de l’ensemble de l’espace nord-africain qui est souvent cité par les responsables des deux pays, lorsqu’ils abordent les relations bilatérales. C’est dans ce sens d’ailleurs que le ministre algérien des Affaires étrangers, Ahmed Attaf a été questionné récemment par la chaîne d’information qatarie Al-Jazeera.

L’Algérie est « portée pour une solution rapide » avec le Maroc, affirme Ahmed Attaf

Dans un entretien qui sera diffusé prochainement, le ministre algérien des Affaires étrangères a évoqué le dossier de l’Union maghrébine dont les activités sont gelées, depuis plusieurs années. « Dans notre relation avec le Maroc, on peut considérer l’Algérie comme étant plus portée sur la recherche d’une solution rapide », affirme Ahmed Attaf. « Nous sommes conscients, ainsi que les autres États, de l’importance de l’édification du Maghreb de fraternité », a-t-il ajouté.

Dans sa réponse, le diplomate algérien n’a pas caché son optimisme quant au règlement rapide de la crise avec le Maroc et donc à l’aboutissement de la construction de l’Union maghrébine (Algérie, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie). Pour lui, ce « rêve demeure toujours » car « il ne pourra jamais être anéanti ». « J’attends avec impatience le jour où nous tenterons de nouveau de relancer cette édification », a-t-il dit.

Retour en haut
Share via
Copy link