Ce qui était déjà dans l’air depuis plusieurs semaines a été officialisé. L’Algérie a décidé de ne pas renouveler le contrat d’exploitation du Gazoduc Maghreb Europe (GME) qui assurait le transport du gaz naturel algérien vers l'Espagne via le Maroc. C’est ce qu'a annoncé la Présidence de la République dans un communiqué publié en début de soirée de ce dimanche 31 octobre.

En effet le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune a donné des instructions à la société nationale Sonatrach afin de « cesser toute relation commerciale » avec l'Office marocain de l'Électricité et de l'Eau potable (ONEE), et de « ne pas renouveler le contrat du 31 juillet 2011, qui expire ce dimanche, le 31 octobre 2021 à minuit », indique un communiqué de la Présidence de la République publié ce dimanche 31 octobre 2021.

Le chef de l'État a reçu, ce dimanche, « un rapport sur le contrat liant la société nationale Sonatrach à l'Office marocain de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), daté du 31 juillet 2011, et qui expire dimanche, le 31 octobre à minuit », lit-on dans le communiqué.

Tebboune ordonne Sonatrach de ne pas renouveler le contrat du gazoduc avec le Maroc

« Au regard des pratiques à caractère hostile du Royaume marocain à l'égard de l'Algérie, des pratiques qui portent atteinte à l'unité nationale et après consultation du Premier ministre, ministre des Finances, du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, du ministre de l'Énergie et des Mines, le président de la République a donné des instructions à la société nationale Sonatrach à l'effet de cesser toute relation commerciale avec la société marocaine et de ne pas renouveler ledit contrat », conclut le communiqué de la Présidence.

À lire aussi :  Algérie : Les achats de blé russe ont explosé en 2022

Ce contrat d'exploitation, qui assurait le transport du gaz naturel algérien vers l'Espagne, via le Maroc, depuis 2011 expire ce dimanche 31 octobre à minuit, et l'Algérie continuera à honorer ses engagements avec son partenaire espagnol à travers le gazoduc Medgaz et l'utilisation de méthaniers, indique à ce propos l'agence APS.

L'Espagne sera alimentée en gaz à travers le gazoduc Medgaz

L'arrêt de l'exploitation du GME, qui acheminait autour de 10 milliards de mètres cubes par an de gaz produit à Hassi R'mel vers l'Espagne, n'aura pas d'incidence sur les volumes destinés à la péninsule ibérique, précise la même source, « grâce à l'augmentation des capacités de production du Medgaz reliant Béni Saf à Almeria en Espagne, qui passeront de 8 à 10,5 milliards m3 par an avant la fin de l'année », ajoute-t-on.

Selon l’APS, « le gazoduc Medgaz permettra à l'Algérie de s'acquitter, largement, de ses engagements, comme l'ont assuré bon nombre d'experts expliquant que l'augmentation des capacités de ce gazoduc, combinée au recours aux capacités importantes de l'Algérie en matière de Gaz naturel liquéfié, lui permettent de renoncer au GME ».