L'Algérie 5e importateur mondial de blé tendre en 2024

Algérie - Champ de blé

L'Algérie fait partie des plus grands importateurs de blé au monde. Le pays, comme tout le pourtour méditerranéen, est frappée de plein fouet par la sécheresse lors de la saison 2023. Il est classé à la 29e place sur un total de 44 pays exposés à un très grave stress hydrique. Cette situation a impacté la production agricole nationale, notamment en ce qui concerne le blé. Le pays importera donc une plus grande quantité de blé à l'avenir. 

Le recul de la production nationale de blé oblige donc le pays à se tourner vers plus d'importation. En 2023, l'Algérie a importé 7,88 millions de tonnes. Une qualité qui devrait atteindre de 8,7 millions de tonnes en 2024. En effet, selon le site français spécialisé dans les produits de l’agriculture et de la mer FranceAgriMer, l’Algérie a importé 6,5 millions de tonnes (Mt) de blé tendre durant la campagne 2022/2023. Pour la saison 2023/2024, le pays devrait importer 7,2 Mt de ce blé, soit une augmentation de 11%. C'est ce que le site français indique dans sa dernière note de conjoncture sur la situation mondiale des marchés des grandes cultures.

La sécheresse a fait reculer la production nationale de blé

L'Algérie fera donc partie des 5 plus grands importateurs de blé tendre dans le monde. Elle est classée derrière l’Egypte, la Chine, l’Indonésie et la Turquie. L'Algérie est également le troisième client de l’Union européenne (UE) après le Maroc et le Nigeria, avec des achats estimés par FranceAgriMer à près de 1,5 Mt en 2023/2024, contre 2,38 Mt en 2022/2023. Ces chiffres démontrent, cependant, que l'Algérie s'est tournée vers d'autres sources d'approvisionnement autre que les pays européens, notamment la France.

Concernant les importations de blé dur, l’Algérie arrive en deuxième position, avec un volume d’achat de 1,28 Mt en 2022/2023 et des prévisions de 1,5 Mt en 2023/2024, soit une progression de 8%, indique FranceAgriMer. Au total, pour le blé tendre et dur, l’Algérie a importé 7,88 Mt la saison dernière et prévoit des achats de l’ordre de 8,7 Mt durant l’actuelle campagne.

Il faut dire que la production algérienne de blé a reculé ces deux dernières années, en raison de la sécheresse qui frappe le pays. Réagissant à la situation, le ministère algérien de l’Agriculture et du Développement rural (MADR) mise pour la saison actuelle sur l’irrigation d’appoint. Ce ministère affirme que pour la saison actuelle, plus de 2,6 millions d’hectares agricoles dédiés à la céréaliculture ont été labourés. Il compte atteindre 3 millions d’hectares pour augmenter la production nationale de blé.

Retour en haut
Share via
Copy link