La FAF sort du silence et charge Djamel Belmadi

Walid Sadi président de la FAF - Djamel Belmadi - Sélectionneur de l'équipe d'Algérie

La Fédération algérienne de football (FAF) sort de son silence et s’exprime enfin sur l’affaire du départ de Djamel Belmadi du poste de sélectionneur de l’équipe d’Algérie. Dans un communiqué publié mardi soir, l’Instance dirigeante du football algérien a chargé violemment Belmadi, le désignant comme « le principal responsable » de la débâcle des Fennecs à la CAN 2023, non sans préciser qu’elle se projetait désormais sur « un nouveau challenge avec un nouveau sélectionneur ».

L’ère de Djamel Belmadi à la barre technique de l’équipe d’Algérie, entamée en avril 2018 prend désormais fin. Une semaine après l’élimination des Fennecs du premier tour de la CAN 2023, après sa défaite contre la Mauritanie (0-1) lors de la troisième journée de la phase de poules, la Fédération algérienne de football (FAF) a publié mardi 30 janvier un communiqué sur l’affaire qui tient en haleine les supporters algériens.

Dans son communiqué, la FAF dit qu’elle « a enregistré avec regret et déception » le parcours de l’équipe nationale « peu glorieux, en deçà des attentes du peuple algérien », lors du premier tour des groupes, à la CAN 2023 en Côte d’Ivoire. « Au regard des moyens et conditions matérielles mis à disposition par l’Etat et la fédération algérienne de football, il était légitime d’en attendre, en retour, des prestations d’une toute autre stature », a-t-elle indiqué.

CAN 2023 : la FAF endosse l’échec des Fennecs à Djamel Belmadi

Pour la FAF, il s’agit d’un deuxième échec de suite après la CAN 2021 au Cameroun où l'équipe nationale n’a pas franchi le premier tour. « C’est là, un échec avéré, douloureux et difficilement acceptable, outre l’échec à la qualification pour la coupe du monde 2022 », a-t-elle estimé. La même fédération a indiqué qu’au lendemain de la défaite des Fennecs face à la Mauritanie, Walid Sadi a interpellé Djamel Belmadi, à Bouaké, pour « faire le point sur les circonstances de cet échec, où un accord mutuel de résiliation amiable a été convenu ».

La fédération précise que « les  discussions entamées à Bouaké devaient aboutir, le lendemain au retour de la délégation à Alger, à la formalisation de l’accord de résiliation amiable par le sélectionneur et son staff ». Et de poursuivre que « dès le lendemain, les parties concernées avaient répondu à l’invitation du président de la FAF, en vue de la ratification de l’accord conclu la veille en Côte d’Ivoire », en signalant que « tous les membres du staff technique avaient signé l’accord de résiliation amiable, à l’exception de Belmadi qui s’est, étonnamment rétracté, sollicitant un temps de réflexion supplémentaire, considérant l’accord convenu, dans son volet pécuniaire, en deçà de ses attentes ».

La page de Djamel Belmadi « définitivement tournée »

« Quatre jours plus tard, la fédération n’avait toujours rien reçu de l’intéressé qui, entre temps, avait quitté le territoire national laissant la fédération sans réponse », ajoute la FAF dans son communiqué. La fédération considère le « silence » et le « départ » de Djamel Belmadi du territoire national comme « un refus » et « se voit contrainte de tourner définitivement la page et de se projeter désormais sur un nouveau challenge avec un nouveau sélectionneur et un nouveau staff technique qui seront désignés prochainement », écrit-t-elle encore à propos de la position de Belmadi.

La Fédération dit avoir « pris acte de cette posture regrettable » et se réserve désormais le droit d’en tirer les conséquences légitimes » sans donner de précisions. « Elle agira en fonction de la protection des intérêts majeurs du football national », conclut le communiqué de la fédération. Reste à savoir ce que sera la réaction de Djamel Belmadi à cette sortie de Walid Sadi, lui qui s’est muré dans le silence depuis le dernier match des Fennecs à la CAN 2023.

Retour en haut
Share via
Copy link