Des documents « authentiques » seront restitués à l'Algérie, annonce Benjamin Stora

Benjamin Stora - Commission algéro-française d'historiens

"Des documents authentiques" de l'époque coloniale seront restitués à l'Algérie par la France. C'est ce qu'a annoncé Benjamin Stora, membre de la commission mixte algéro-française. Dans un entretien accordé à RFI et publié le jeudi 8 février, l'historien a affirmé qu'il n'y a pas véritablement de divergences sur le sujet entre la partie algérienne et la partie française. Il assure aussi que le dossier avance bien.

Créée en août 2022 par les deux États, la commission mixte algéro-française a tenu sa quatrième réunion la semaine dernière à Paris. Plusieurs dossiers relatifs à la mémoire étaient au menu. Parmi eux le sujet en lien avec la restitution des biens et documents datant de l'ère coloniale, qui constitue une des revendications des historiens algériens.

S'exprimant sur ce rendez-vous, Benjamin Stora, qui préside ladite commission du côté français, a affirmé que le dossier avance plutôt bien et que les divergences qui se posaient avant entre les deux parties ont été levées. L'historien a même révélé que des archives seront restituées à l'Algérie.

La numérisation permet la restitution des documents à l'Algérie, sans désaccords

« Il n’y a pas de divergences, parce que, vous savez, maintenant il y a un élément nouveau par rapport à la vieille problématique de la restitution, qui est tout à fait légitime et très ancienne de la part des Algériens. L’élément nouveau, c’est la numérisation, c’est la révolution numérique. C’est-à-dire qu’aujourd’hui, les demandes de restitution sont beaucoup moins importantes que les demandes de numérisation d’archives et de transfert et de partages d’archives », a déclaré Benjamin Stora.

Et de poursuivre : « Cela n’empêche pas qu’il puisse y avoir des restitutions de documents authentiques, qui ont des valeurs symboliques. Par exemple, le traité de la Tafna de 1836-1837, des documents manuscrits, comme ceux de l’émir Abdelkader, qui consignait sur des carnets personnels un certain nombre de réflexions portant, notamment, sur la religion musulmane. Et ce sont des documents authentiques, bien sûr, qui demanderaient à être restitués. Donc il n’y a pas de divergences à ce niveau-là ».

Retour en haut
Share via
Copy link